how to

visit website

click here

view more php tutorials

read more

logo

 

tour du monde

Retrouvez notre CARNET DE BORD tour du monde.

De retour en France depuis

logo

Tour du monde

Notre position actuelle

Donate using PayPal

Nom:
Message:

Partager !

Add to: JBookmarks Add to: Facebook Add to: Windows Live Add to: Digg Add to: Del.icoi.us Add to: Yahoo Add to: Google

Retrouvez-nous sur :

find_us_on_facebook_badge

Trivago

Large choix dhôtels pas chers sur trivago.fr

Newsletter

Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour être mis à jour régulièrement




Afrique du Sud

Bilan Afrique du Sud

Carnet de Bord - Afrique du Sud

On a aimé :

• Nos séjours au sein des 2 communautés sud-africaines (Schoemmansdal et Macassar). Nous avons été touchés par l’accueil, la gentillesse et le travail de Jade, Joshua, Lewellyn et John. Ils ont de beaux projets sportifs et solidaires et nous espérons les aider au mieux afin de faire de leurs idées une réalité. • Notre excursion au Lesotho.

• Nos 3 jours au Kruger National Park.

• Les oranges juteuses d’Afrique du Sud et les champs d’orangers à l’infini que nous avons eu le plaisir de longer tout au long de notre périple dans le pays.

• Passer des soirées à regarder les matchs de la coupe du monde avec les supporters de chaque équipe. • L’hospitalité des gens et la fierté qu’ils ont d’être Sud Africains.

• Notre première soirée en Afrique du Sud, à JO’ Burg, pendant laquelle on nous a fait gouté tous les cocktails sud-africain ! Pas facile de trouver l’ouverture de la tente après tout ça !

csc_0183

 

On n’a pas aimé :

• Le froid glacial des nuits lors de nos 10 jours passés au centre du pays.

• Voir l’équipe française ne pas se donner sur le terrain lorsque nous étions au match Afrique du Sud/France, à Bloemfontein.

• Les prix exagérément élevés des auberges de jeunesse et même de la nourriture à cause de la coupe du monde 2010.

• Certains vendeurs d’artisanats qui ne voulaient pas négocier leurs prix.

 

Meilleur souvenir :

• Pour Delphine : la randonnée équestre dans les montagnes de la région de Semonkong, au Lesotho.

• Pour Maxime : les entrainements avec les enfants de la communauté de Schoemmansdal.

 

Notre coup de cœur :

• Pour Delphine : lorsque nous étions entourés d’une troupe d’éléphants se désaltérant et se douchant autour d’un plan d’eau. Superbe souvenir… J’espère de tout mon cœur revivre ce moment en Namibie !

• Pour Maxime : l’Afrique du sud toute entière ! Je rêvais de découvrir ce continent et tout m’y a charmé ! La population, la coupe du monde 2010, les paysages, les fruits et les animaux !

dsc_0520

 

Ca nous a fait rire :

• Les touristes qui s’attendaient à croiser des lions dans la rue… !

• Faire cuire nos pates dans une bouilloire électrique (qui normalement ne sert qu’à faire bouillir l’eau) !

• Nous servir d’une chaussette (propre, je précise !) en guise d’éponge et de notre savonnette pour faire la vaisselle.

 

Ca nous a fait moins rire !

• Les taxis qui nous klaxonnent tous les 10 mètres (ça nous a rappelé des vieux souvenirs sud-américains).

• Arriver dans une ville inconnue à 2h30 du matin.

• Les histoires d’agression des touristes ou des locaux …

 

Ca nous a étonnés :

• Les prix pratiqués !

• L’optimisme, l’énergie et la foi en l’avenir des habitants des Townships.

• Les stades à moitié vides.

• La place de la religion dans la société sud-africaine et leur tolérance face aux différentes religions.

• Voir les Princes Harry et William au fin fond du Lesotho ! Quelle chance.

Que va faire notre association pour aider l’association Helderberg Sport Academy?

Carnet de Bord - Afrique du Sud

Pour découvrir nos premières actions associatives au sein de cette association sportive sud-africaine, il vous suffit de consulter notre rubrique «nos actions associatives» dédiée aux actions entreprises par En piste pour le monde.

La communauté de Macassar

Carnet de Bord - Afrique du Sud

C’est avec émotion que nous écrivons notre dernier article sur une rencontre avec une communauté que nous avons aidé en Afrique du Sud. Encore une fois, nous avons rencontré des personnes admirables et nous avons beaucoup appris.

 DSC_0004.1

Les coachs Lewellyn et John avec quelques uns de leurs athlètes

Lewellyn et John travaillent pour Helderberg Sport Academy dans le township de Macassar, au Sud-Est de la ville du Cap. Ce club est le seul club de sport dans le bassin de Helderberg. Nous les avons vus à l’œuvre durant ces vacances scolaires. Selon eux, il est important « d’occuper les enfants » durant leur temps libre. De cette façon, ils évitent de tomber dans les travers de la drogue et de l’alcool et augmentent ainsi leurs chances de rester scolariser et de s’offrir un avenir meilleur. Ils prennent aussi en charge les enfants handicapés, souvent laissés pour compte.

 DSC_0001.1

Un des athlètes est sourd et muet. Il est ici avec son coach, Lewellyn.

Ce qui nous a le plus surpris à Macassar, c’est de voir le nombre d’organisations et de personnes qui travaillent pour aider les enfants. Des associations chrétiennes, musulmanes, sportives, des ONG et même la police locale ! Peu importe d’où ils viennent, ils aident tous avec le même entrain et avec un objectif commun : offrir un avenir à ces enfants des townships. Et ça marche ! Le taux d’enfants abusés sexuellement (c’est le principal problème dans ce township…) a fortement baissé ces dernières années. Les taux de criminalité et les taux de violence domestique aussi. Il y a même des « champions » d’athlétisme ou de bodybuilding issus du même quartier qui viennent raconter aux enfants de Macassar comment ils sont devenus des « champs’ » comme ils disent ici. Ces « success stories » donnent un exemple aux enfants et leur montrent qu’eux aussi peuvent écrire leur propre et belle histoire.

 DSC_0436.1

Aujourd’hui c’était entrainement en salle à cause de la pluie…

Pour vous donner un exemple, durant les vacances scolaires toutes les organisations se réunissent et discutent de ce que chacune d’entre elles peut apporter aux enfants. Ils séparent les enfants en fonction de leur âge et leur offrent des activités comme le sport, le théâtre, le dessin, le pliage, la musique… Mais ils ont aussi des groupes de paroles avec la police locale (qui fait un travail de prévention exemplaire !) par exemple. Ils nourrissent aussi les enfants en leur offrant un petit déjeuner et un déjeuner.

 DSC_0486.1

Delphine aide à faire les pliages ! C’est magnifique de voir les enfants avec les yeux brillants une fois qu’ils ont réussi leur pliage !

Nous avons été impressionnés par ce séjour dans cette communauté. Nous avons pu voir pourquoi on appelait l’Afrique du Sud la nation « arc en ciel ». Dans ce township, tout le monde cohabite ! Peu importe sa couleur et sa religion ! Et surtout, tout le monde participe à aider sa communauté sans rien attendre en retour. Une fois n’est pas coutume, nous avons bénéficié de la générosité de toute une communauté ! On m’a offert de la soupe et des oranges pour que je guérisse de mon gros rhume (ça a marché ! Merci mesdames !), on nous a offert du vin sud africain (car, selon eux, on ne pouvait pas partir d’ici sans en avoir gouté!), et Marlon nous a conduit partout où nous avions besoin d’aller. Alors du fond du cœur, merci à cette communauté de nous avoir accueillis et de nous avoir tant appris. Nous leur avons dit au revoir avec les larmes aux yeux en leur disant qu’on reviendrait, c’est sûr !

 DSC_0013.1

Marlon et sa voiture

C’est une page qui se tourne avec émotion pour nous…Mais le bon côté c’est que, bien souvent, après la page tournée, il y a une nouvelle page à écrire ! On se console donc en se disant qu’on a encore de nombreuses pages à écrire avec ces communautés et avec vous, chers donateurs, sans qui rien ne serait possible !


Quand la chance nous sourit !

Carnet de Bord - Afrique du Sud

Autant, dans le voyage, il y a des fois où on a l’impression que le sort s’acharne sur nous (comme à Buenos Aires, lors de notre agression et toutes les complications qui ont suivi). Autant, il y a des jours où la chance nous sourit ! Et ce qui est drôle, c’est qu’à chaque fois que la chance nous sourit, on se méfie en se disant : à quand la mauvaise surprise, c’est trop beau pour être vrai ! Voici quelques exemples de ces derniers jours où la chance nous a sourit :

Un déjeuner avec les journalistes :

Nous étions dans un cybercafé la veille du match France – Afrique du Sud, lorsque deux journalistes de I-TV nous ont demandé si nous étions partants pour répondre à deux ou trois questions pour parler de l’équipe de France. Nous avons hésité quelques secondes, et puis on s’est finalement dit que c’était une bonne occasion pour faire un « clin d’œil » à nos familles et amis après 7 mois loin de notre chère patrie. La journaliste de I-TV, Laure, a donc parlé d’un « couple de Français qui fait un tour du monde et qui est montré du doigt dans les auberges de jeunesse à chaque fois qu’ils disent qu’ils sont Français » (véridiques ! Les médias étrangers ne font pas de cadeau en parlant des Bleus, et nous, voyageurs, on est la risée des autres nationalités !). Ensuite, la journaliste nous a invité à déjeuner avec ses collègues. On a donc eu un lunch très sympa offert par I-TV (on peut vous dire que manger au resto, ça nous change bien des pâtes ! Et mine de rien, dans un budget de backpacker, un repas offert, ça compte !).

 

 DSCF1359M
Camille et Kalim, rencontrés à l’auberge de jeunesse avant le match.

Une deuxième interview pour TF1 :

Durant notre déjeuner, Laure a eu un appel d’un ami à elle, Guillaume, journaliste pour TF1. Celui-ci recherchait désespérément des supporters Français à interviewer. Il est donc venu nous chercher pour nous poser des questions face à la caméra et on est passé sur TF1 le 22 Juin au journal de 13h ! C’était sympa ! Une belle rencontre au stade : Nous étions installés dans les tribunes prêts à regarder le fameux match à Bloemfontein. Et nous avons rencontré des supporters Sud Africains qui nous ont posé quelques questions sur notre voyage. En leur parlant de notre dernière destination (la Namibie), Tania nous a appris qu’elle était originaire de la Namibie. Elle a voulu nous donné des conseils sur notre itinéraire et nous a spontanément proposé de venir manger avec elle et ses amis après le match. Résultat : on a mangé un repas typique Sud Africain en compagnie de 6 personnes super sympas. On a passé une super soirée, après un match si désastreux pour la France (on ne fera pas plus de commentaires !), ça nous a bien remonté le moral. Tania nous a même offert son vuvuzela (celui du match) !

 DSCF1449M
De gauche à droite : e frère de Cornel (on ne se rappelle plus son prénom!), Rita, Cornel, Naresh et Tania.

Un studio à prix minime en plein centre du Cap :

Le destin nous a encore réservé une belle surprise en faisant croiser Philippe et Terry sur notre route (ce sont les propriétaires de l’auberge Naval Hill Backpacker à Bloemfontein). On a passé de très bonnes soirées dans le salon de l’auberge à discuter ensemble et à manger leur bonne cuisine (une fois encore, on a eu le droit à un délicieux repas offert par Terry avec super dessert et délicieux Irish coffee en prime !). En discutant avec Terry, celui-ci nous a proposé de nous louer son studio au Cap (nous venions d’apprendre que notre contact au Cap qui devait nous louer sa chambre ne pouvait finalement pas nous laisser son appartement). Il nous a donc sous-loué une chambre avec cuisine et salle de bain en plein centre ville pour un prix défiant toute concurrence. On a beaucoup apprécié son geste. On espère que cette succession de bonnes surprises et rencontres continuera dans ce sens dans les derniers jours de périple (et oui, la fin approche !).

En tout cas, ces rencontres et cette générosité de la part des gens nous impressionneront toujours autant… Je ne pense pas qu’on puisse être « blasés » un jour de cela !

 

Lesotho - Partie 2

Carnet de Bord - Afrique du Sud

La fin d’après midi est vite arrivée et en rentrant de notre randonnée nous avons pu nous rendre compte que les invités étaient, comme nous l’avions deviné, des personnalités importantes en voyant arriver les hélicoptères. Ne pouvant pas attendre plus longtemps, nous avons demandé à la propriétaire de l’hôtel et nous avons eu notre réponse ! La fin du suspense ! Le Prince Harry et le Prince William étaient là avec le frère du roi du Lesotho. Quelle surprise ! On nous a dit de venir au restaurant en début de soirée afin de pouvoir les rencontrer.

Le soir venu, nous sommes allés au bar avec nos compagnons de dortoirs Australiens et notre ami Japonais (qui n’avait aucune idée de qui pouvaient être les Princes !). Nous avons pu parler avec le frère du roi du Lesotho qui nous a invité à Londres (il y vit) et qui était vraiment super sympa. Pour ce qui est de William et Harry, ils semblaient très gentils et très humbles. Nous n’avons pas osé les déranger car ils étaient très sollicités par beaucoup de monde. Nous avons manqué l’opportunité de prendre une photo avec eux le lendemain matin car nous sommes partis en randonnée. C’était déjà cool de pouvoir les voir et de partager une bière avec eux (Kevin on a évidemment pensé à toi !)

 

 CSC_0275
Tout le monde est berger au Lesotho !

 

Notre randonnée valait le coup. Nous sommes descendus dans le canyon pour s’approcher de la chute d’eau et la voir de plus près. On a eu une des plus grosses frayeurs du voyage ! En arrivant sur un des versants du canyon, encore gelé, la marche devenait très dangereuse. Un pas de travers et c’était la fin… On a dit au guide qu’il serait plus prudent de faire demi-tour, mais il a rigolé ! Nous sommes finalement rentrés sains et saufs, heureux d’arriver.

 CSC_0267
Une maison “Basotho” typique.

Durant nos derniers jours au Lesotho, nous avons découverts un barrage immense construits dans le cadre du « Highland Water Project ». Un projet qui vise à faire bénéficier l’Afrique du Sud des ressources en eau importantes du Lesotho. Ce projet a permis la construction de nombreux axes de communication au Lesotho mais a aussi inondé de nombreux villages…

 DSC_0305
L’impressionnant barrage que nous avons vu.

Nous avons aussi marché au milieu des montagnes, au hasard, sans suivre aucun chemin. Quelle sensation de liberté immense ! Qu’est-ce qu’on se sent petit devant l’immensité de la nature et des paysages magnifiques de ce petit pays extraordinaire./div>

 DSC_0231
Notre voiture, pas adaptée à la route…

 DSC_0362
La route était parfois impressionnante.

Nous sommes rentrés en Afrique du Sud contents de retrouver des températures normales et plus agréables et heureux d’avoir fait un détour improvisé par le Lesotho. Dès notre rentrée au Naval Hill Backpacker, nous avons été accueillis à bras ouverts par Philippe (un français) et Terry (un Irlando-Africain) les propriétaires du lieu. Ils nous ont offerts un dîner et fait dormir dans un lit double (sans nous faire payer) car ils avaient pitié de nous voir dormir sous la tente ! C’était Noël !

Le lendemain, nous sommes allés en ville à la recherche d’une connexion internet et nous avons été sollicités par des journalistes de iTV qui cherchaient désespérément des supporters français à Bloemfontein à interviewer. Ils nous ont posé quelques questions sur le match France-Afrique du Sud qui se déroulera ici mardi 22 Juin. Nous n’avons pas hésité à leur dire que nous porterons le maillot jaune de l’Afrique du Sud. Peu de temps après, ils appelaient leurs collègues journalistes de TF1 pour leur dire qu’ils avaient trouvé deux supporters (apparemment une denrée rare ici !) et il nous a fallu aussi aller répondre aux questions de TF1 ! Laure, de iTV, nous a finalement invité à manger. Noël continuait pour nous ! Merci Laure !


Lesotho – Part 1

Carnet de Bord - Afrique du Sud

Arrivés à Bloemfontein pour le match du 22 Juin 2010, France – Afrique du Sud, nous avons décidé de louer une voiture pour visiter les environs. Nous sommes alors allés jusqu’au Lesotho pour y passer une semaine. Le Lesotho est un pays situé en plein cœur de l’Afrique du Sud. Les habitants de ce pays sont appelés les Basothos, ils ont leur propre langue (le sesotho), leur propre roi et leur propre monnaie (le maloti). Nous avions envie de découvrir ce pays réputé pour ses paysages sauvages et montagneux. Nous revenons enchantés de cette expédition.

 

 DSCF1335L
Les paysages Basothos.

Jour 1 : Visite d’un atelier de tapisserie à Teyateyaneng

Notre première journée au Lesotho fut courte, le temps de récupérer la voiture de location, de passer la frontière, de faire nos courses pour la semaine et de prendre nos marques dans la capitale du pays, Maseru. Nous avons tout de même visité l’atelier d’artisanat « Lesotho Design », situé à environ 20kms au Nord de Maseru. Cette visite fut très intéressante, nous avons vu comment étaient réalisées les tapisseries Basothos. Nous avons rencontré les femmes Basothos en plein ouvrage et avons pu voir le résultat dans la salle d’exposition. Leur travail est vraiment très beau… et dire qu’il leur faut parfois un mois pour faire une tapisserie…

 DSC_0394L
La salle d'exposition de Lesotho Design.

 DSC_0387L
Une femme travaillant dans l'atelier.

Jour 2 : Trajet éprouvant de Maseru à Semonkong

On nous avait prévenus que la route entre Maseru et Semonkong serait difficile à accéder avec une petite voiture comme la notre. Nous avons tout de même tenté et, en effet, c’était une vraie aventure : nous avons roulé sur 70 kms de piste très irrégulière, sous la neige, avec quelques parties bien verglacées. On a mis une heure de plus qu’indiqué sur notre guide et nous étions bien contents que la voiture arrive sans « bobos » à notre Lodge (le Semonkong Lodge, super adresse pour camper, dormir en dortoir ou dans une suite nuptiale, il y a le choix pour tous les types de voyageurs). On a passé le reste de la journée à marcher dans le village et à s’équiper contre le froid en achetant gants, doudoune pour Maxime et couverture locale pour Delphine (nous avons renvoyé nos manteaux en France quand nous étions au Chili, nous ne pensions pas retrouver des températures si basses avant notre retour de tour du monde… grossière erreur !). Les habitants du Lesotho se protègent du froid avec leur couverture. La couverture tient une place importante dans la culture Basotho, c’est un marqueur social, un symbole bien plus qu’un accessoire.

 DSC_0464L
Des petits villages typiques dans les montagnes.

Jour 3 et 4 : Randonnée pédestre et équestre vers la cascade Maletsunyan

Le Lodge dans lequel nous dormions organise tous les jours des randonnées pédestres et équestres personnalisées : à nous de choisir l’heure de départ, la durée et l’endroit de la balade et c’est ensuite le Lodge qui contacte un guide local pour nous accompagner en promenade. Nous avons beaucoup aimé cette collaboration entre le Lodge et les habitants de la ville : en effet, les deux propriétaires sud-africains travaillent uniquement avec les personnes locales, ils rémunèrent à chaque de mois 200 personnes de la région (le pain, la viande, les visites guidées… tout est fait par les habitants). Lorsqu’on sait que le Lesotho a 45% de taux de chômage, on peut leur tirer notre chapeau. Nos deux promenades au cœur du Lesotho nous ont beaucoup plu. Nos deux guides nous ont fait découvrir leur région avec fierté. Ils nous ont également appris quelques mots de Sesotho (Bonjour se dit « Dumela ») et quelques aspects de leur culture. Nous avons adoré ces heures passées dans le silence des montagnes Basothos, au milieu d’un peuple très gentil et d’un décor, encore une fois, inoubliable.

DSC_0040L
La cascade Maletsunyane.

Nos soirées furent très agréables dans le bar-restaurant du Lodge : assis auprès de la cheminée, on regardait les matchs de la coupe du monde avec nos camarades de dortoir Australiens, Japonais et Américains. La propriétaire du Semonkong Lodge nous avait annoncé à notre arrivée au Lodge qu’elle avait beaucoup de monde pour mercredi et que nous aurions une « Big surprise » mercredi soir si nous venions au bar. Elle semblait tellement stressée dans les préparatifs des chambres et dans l’organisation du restaurant que nous nous doutions qu’elle attendait une personne importante… Les paris étaient donc lancés avec nos amis backpackers, nous cherchions à deviner qui dormirait à Semonkong Lodge la nuit prochaine : Un président ? Une équipe de foot ? Shakira ? … Maxime lèvera le voile sur ce mystère dans la seconde partie !

Port Elizabeth & Walmer Township

Carnet de Bord - Afrique du Sud

Après avoir été émerveillés par la région du Mpumalanga et le Kruger National Park, nous sommes revenus à Jo ‘Burg pour prendre un avion en direction de « PE » ou Port Elizabeth « the friendly city » (la ville des gens sympas).

Nous avons passés nos 5 nuits en tente dans un coin du jardin du Lungile Backpacker à Port Elizabeth où le staff a fait honneur à la réputation des gens de la ville ! Nous avons été très très bien accueillis et nous n’hésiterons pas à dire que c’est un des meilleurs Backpackers dans lequel nous sommes restés depuis « Portal del Sur » à Buenos Aires. On a aussi pu se ré-acclimater à la Normandie car ici, il pleut souvent !

Le point d’orgue de notre séjour à Port Elizabeth (ville plutôt ennuyante) aura été la visite de l’association Masifunde dont nous avons rencontré un des membres au hasard, dans la rue. Cette association nous a montré son travail dans le Township de Walmer à Port Elizabeth. Elle offre la possibilité à des enfants d’être « parrainés » afin de les assister dans leur scolarité et leur permettre, pour certains, d’aller à « l’école des blancs » (qui sont mieux équipées que celles des Township).

dscf1249

Le township de Walmer

Ainsi, nous avons pu assister à une exposition de peintures réalisées par les enfants et une chorégraphie de danse africaine très bien menée. Le talent est donc bien présent partout ! Et, mieux que quiconque, ces enfants savent bien que, peu importe d’où l’on vient, l’important c’est de savoir où on va.

dscf1264

Picasso rencontre Walmer...!

La visite de cette association nous a donné l’espoir pour le futur de la notre ! En effet, cette association est très bien organisée et réussi à faire des choses concrètes pour aider les enfants de ce bidonville en éveillant leurs talents artistiques, en développant leurs connaissances sur le monde et en leur donnant envie d’apprendre et de se sortir de leurs conditions de vie précaires.

dscf1274

Les danseurs

Nous avons également regardé le match d’ouverture de la coupe du monde, Afrique du Sud/Mexique, dans ce township. L’ambiance était à son comble lorsque l’Afrique du Sud a marqué ! C’était intense de vivre ce premier match de la compétition entourés des enfants du bidonville… Quelle énergie, quel rythme dans leurs danses et quelle joie de voir leur pays accueillir cette coupe du monde 2010 ! Ils sont très fiers que ce soit l’Afrique du Sud qui soit l’organisatrice de cet évènement mondialement connu.

dscf1288

Il y avait du monde derrière les Bafanas Bafanas !

Pour finir, voici une citation de « l’enfant Port Elizabeth », Nelson Mandela : « Education is the most powerful weapon which you can use to change the world » (« l’éducaction est l’arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde »). On ne réalise pas souvent que c’est une chance de pouvoir étudier…

Kruger National Park

Carnet de Bord - Afrique du Sud

En entrant dans ce parc national, on s’est cru propulsé dans « Le Roi Lion » ! On a passé 3 jours à conduire sur les routes de terre du parc pour observer la faune africaine. Nous avons été émerveillés chaque minute par la beauté des paysages et la magie de la nature. Nous avons eu la chance de côtoyer éléphants, antilopes, girafes, hippopotames, rhinocéros, phacochères, buffles, gnous, singes, zèbres, et j’en oublie ! Ils étaient pour la plupart à moins de 10m de notre véhicule ! Nous avons même aperçu une lionne traverser la route derrière notre voiture. C’était sensationnel, mais nous sommes sûrs que les photos (sur flickr) et les vidéos sauront vous convaincre que cette expérience était unique.

 

Les rhinocéros

Les girafes

 

Les éléphants

Les singes

Le saviez-vous ? La region du Mpumalanga abrite les premiers rochers qui ont refroidi à la surface de la terre il y a 4.5 Milliards d'années quand la planète n'était qu'une boule de gaz et de lave

Que va faire notre association pour la communauté de Schoemansdal?

Carnet de Bord - Afrique du Sud

Pour découvrir nos premières actions associatives au sein de cette communauté sud-africaine, il vous suffit de consulter notre rubrique « Actions associatives » dédiée aux actions entreprises par En piste pour le monde.

La communauté de Schoemansdal: encore de belles rencontres

Carnet de Bord - Afrique du Sud

Après plus de 17h d’avion, nous avons rejoint Johannesburg en Afrique du Sud. Nous sommes restés une nuit dans la capitale économique Sud-Africaine (la capitale étant Pretoria). Juste assez pour pouvoir nous rendre compte de la gentillesse et de la générosité des gens qui peuplent ce magnifique pays. Nous avons rejoint Sylvain et Loraine, les deux journalistes de France 2, qui nous filmeront dans nos actions associatives au sein de la communauté de Schoemansdal, au Nord Est de l’Afrique du Sud.

Le lendemain, nous avons pris le bus pour Nelspruit et avons rejoint Jade et son ami John, nos deux contacts sur place. Voilà un an que nous étions en contact avec Jade afin de venir en aide aux coureurs de Schoemansdal. Nous étions heureux de nous rencontrer enfin pour mener à bien notre projet pour ses coureurs.

Jade et John nous ont emmenés voir Joshua, l’entraineur des enfants de la communauté. Il fait cela bénévolement, par amour du sport et de la course à pied !

 

csc_0102

Un rêve !

 

Ce fut très intense de se retrouver au sein de la communauté, de voir ces enfants qui viennent courir tous les soirs nus pieds pour la plupart (certains marchent 4 kms après l’école pour assister à l’entrainement d’athlétisme). Le sourire accompagne chaque foulée courue. Pas une plainte sur leurs conditions d’entrainement (pas de stade, pas de piste, pas de baskets, pas de vêtements de sport). Ils sont admirables.

Nous nous sommes présentés Delphine et moi afin de leur expliquer pourquoi nous étions là. Puis, je suis allé courir un peu avec eux. A la fin de la séance Delphine a relevé toutes les pointures des enfants, ils n’ont pas trop compris pourquoi !

dsc_0088

Delphine prend les pointures et l'équipe du reportage film.

Le jour suivant, nous sommes allés dans la ville la plus proche (1 heure de route !) afin de se rendre dans un magasin de sport pour leur acheter de quoi courir dans de meilleures conditions. Chaussures, chaussettes, gourdes (pour qu’ils s’hydratent !) et shorts. Nous sommes ressortis avec 20 paires de chaussures du magasin !

Le soir même, nous avons organisé la séance d’entrainement. C’était inoubliable ! On a essayé de leur faire faire des exercices plus « ludiques » que les courses qu’ils font d’habitude et ils ont beaucoup aimé. On a beaucoup rigolé ! En revanche, au moment où nous voulions leur donner les chaussures, nous avons été contraints par les journalistes de repousser la distribution le lendemain faute de lumière du jour suffisante pour le documentaire (on était un peu tristes de ne pas voir la réaction des enfants le jour même de nos achats).

Durant notre dernière journée dans la communauté, nous avons été ouvrir un compte en banque pour le club (merci Jade !) et trouvé un nom en Siswati pour ce même club. Le compte en banque servira à payer les transports aux compétitions et le nom du club leur permettra d’avoir le sentiment d’appartenir à une structure. En fin de journée, on a fait la distribution des chaussures et de tout le matériel. Sans Delphine, malheureusement qui était clouée au lit par un virus (elle va mieux maintenant). Ce moment était merveilleux, ils couraient partout avec leurs nouvelles chaussures et sautaient de joie. On leur a aussi dit le nom de leur club, choisi par leur coach. C’était un des meilleurs moments de partage et de joie de notre voyage. C’était donc très décevant pour Delphine d’être malade à ce moment là, mais l’équipe de France 2 lui a montré les images le soir même. Elle était contente !

dsc_0269

Tous les enfants avec Joshua et leurs chaussures neuves !

Le moment de dire « au revoir » a été très très difficile car beaucoup pensait qu’on allait se revoir très bientôt. On leur a promis qu’on reviendrait pour voir leur cou entouré de médailles !

Au final, nous avons été les bienvenus dans cette communauté très pauvre en argent mais riche en sourires partagés. Encore une leçon d’humilité par ces gens qui, malgré des conditions de vie misérables pour nous Européens, vivent heureux, courent avec passion, partagent tout ce qu’ils ont et ont un sens de l’accueil exceptionnel. Finalement, c’est peut être là un des secrets du bonheur. L’acceptation de sa condition de vie, en se contentant de ce que la vie nous offre. C’est peut être plus difficile en Europe, où chaque publicité nous rappelle que nous ne serons heureux qu’en acquérant ce nouvel objet rendu indispensable à notre quotidien et que, apparemment, nous sommes les seuls à ne pas encore posséder.

Voici un petit film de gospel dans l’église « The Emmanuel Holy Church » dans laquelle nous sommes rentrés au hasard d’une marche dans le village et où nous avons été accueillis par des gens qui avaient le cœur sur la main. L’église est faite de bois et de tôles mais il y règne une véritable joie et elle est aussi le lieu de tous les espoirs pour la communauté. Le nom de l’église nous a aussi montré que la vie nous réserve vraiment de bien belles surprises et que les signes sont omniprésents pour celui qui sait les écouter.

Encore une fois merci à toutes personnes qui nous ont donné !



Et pour d'autres photos, cliquez ici !

hc logo fr rgb