how to

visit website

click here

view more php tutorials

read more

logo

 

tour du monde

Retrouvez notre CARNET DE BORD tour du monde.

De retour en France depuis

logo

Tour du monde

Notre position actuelle

Donate using PayPal

Nom:
Message:

Partager !

Add to: JBookmarks Add to: Facebook Add to: Windows Live Add to: Digg Add to: Del.icoi.us Add to: Yahoo Add to: Google

Retrouvez-nous sur :

find_us_on_facebook_badge

Trivago

Large choix dhôtels pas chers sur trivago.fr

Newsletter

Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour être mis à jour régulièrement




Blog Mexique

Essai de notre ami Mexikatzin

Carnet de Bord - Blog Mexique

Voici un essai de notre ami Mexikatzin sur l’éducation au Mexique actuel et sur les valeurs précolombiennes qui partent aux oubliettes alors que nous avons beaucoup à en apprendre ! L’essai est en espagnol car il est assez difficile à traduire pour nous. Pour ceux qui parlent espagnol ou pour les curieux il vous suffit de cliquer sur le lien pour lire l’article.
Publiez sur Calaméo ou explorez la bibliothèque.


Ou téléchargez le document en PDF ici.

Bilan de notre séjour au Mexique

Carnet de Bord - Blog Mexique

L'heure est au bilan ! Nous vous avions promis un compte-rendu du Mexique d'ici 15 jours, finalement, il arrive plus tôt que prévu ! Nous devions prendre le bus ce soir pour Tarapoto mais la compagnie de bus CIVA en a décidé autrement (notre réservation téléphonique n'avait pas été enregistrée sur leur logiciel, résultat: plus de place pour nous Cry ...). Nous dormons donc une nuit de plus à Lima pour prendre un bus demain matin. On a alors eu le temps de vous dresser le bilan de notre première étape de voyage au Mexique.

dscf0179

On a aimé :

  • Notre famille d’accueil Mexicaine. Franchement on ne pouvait pas rêver mieux ! Merci à eux d’avoir rendu notre séjour inoubliable. Hasta luego amigos !
  • L’ambiance chaleureuse du quartier dans lequel nous étions. Tous les commerçants nous disaient des « bonjour » amicaux auxquels nous répondions.
  • La nourriture ! Les fruits, les jus de fruits bien frais… Tout est tellement bon ! Les fruits sont pressés devant vous, il n’y a pas plus frais.
  • Le chili. Malgré notre réticence au début, nous avons beaucoup aimé. Nous prévoyons déjà d’en semer en France !
  • Le chocolat chaud fait avec du vrai chocolat en morceau que l’on doit mélanger avec une cuillère en bois spéciale. On en ramène une en France tellement on a aimé !
  • Pour finir on a aussi aimé les marchés, les danses indiennes, les pyramides de Teotihuacan, les danseurs de salsa, notre guide Santos, les dunes de Chachalacas, les montagnes, les collègues infirmières d’Alma (la mère de Mexikatzin) et enfin les cadeaux que nous avons reçu de la part de nombreux mexicains !
p1010953
Notre cadeau de départ !

On n’a pas aimé :

  • Se faire arnaquer au marché de Teotihuacan.
  • Les ronfleurs dans les bus de nuit. Même les boules quiès n’ont rien pu faire !
  • Se faire réveiller en pleine nuit (3h du matin) par les voisins qui organisaient un cours de salsa sur le balcon. La prochaine fois on sera moins timides et on se fera inviter Tongue out.

Meilleur souvenir :

  • Pour Delphine : les séances de dessin et collage avec les enfants.
  • Pour Maxime : le Temascal.

Notre coup de cœur : le peuple Huichol. Sa gentillesse, son honnêteté, sa pureté de cœur…

Ca nous a fait rire :

  • De voir qu’une grande marque de crème pour bébé française, implantée au Mexique, traduise « crème pour le change » par « crema para el culito del bébé » (comprenez crème pour le cul du bébé !)
  • Quand Maxime s’est fait arrêté par des agents de sécurité (avant de prendre le bus) qui pensaient qu’il avait trop bu car il était rouge alors qu’il avait juste pris un coup de soleil sur le visage ! Ils lui ont même dit « kiss me » après lui avoir dit « Are you drunk ». Très drôle !

Ca nous a fait moins rire !

  • De ne pas prendre de douche pendant 5 jours !
  • D’aller aux toilettes « dans les bois » ou plutôt dans les montagnes.

Ca nous a étonné :

  • Les bus sans portes.
  • Le maïs bleu !
  • Les huitres dans la bière.
  • Le sel dans la bière.
  • La construction de la ville actuelle de Mexico par dessus des monuments aztèques déjà existants…
itineraire mexique
Notre itinéraire durant ces trois semaines au Mexique, cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Derniers moments au Mexique

Carnet de Bord - Blog Mexique

Nous vivons (déjà) nos derniers moments au Mexique. Ce pays aura été une découverte chaque jour plus intense. Il nous a beaucoup donné et restera dans nos cœurs. Nous y reviendrons, forcément ! Mais l’heure n’est pas encore au bilan. Nous avons encore quelques anecdotes sous le coude…

Samedi nous avons fêté l’anniversaire de Delphine qui est née un cinq Décembre. Nous n’imaginions pas manger un jour un barbecue pour son anniversaire ! Mais voilà, dans la vie, il ne faut jamais dire jamais ! Nous avons mangé comme des rois un « barbacoa Mexicano » avec du Chorizo, de la viande et des feuilles de cactus grillées. Excellent ! Puis au dessert, un gâteau qu’avait préparé Fatima la femme d’Aldo (le frère de Mexikatzin). Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à regarder la vidéo !

Dimanche nous avons été à une cérémonie. La « ceremonia de las pipas ». Un rituel sacré que faisaient les ancêtres des Mexicains pour connecter les Mondes Physiques et Spirituels. Ce fut un moment intense. Quelle sagesse dans leurs mots, leurs rituels, leurs actes. Nous y avons appris beaucoup et surtout nous avons pu participer au rituel sans qu’ils ne nous connaissent ! Quelle ouverture d’esprit…

dscf0242

Préparation du rituel. Nous reconstituons le cercle de pierres en prenant soin de laisser une entrée.

Dimanche soir dans la nuit nous sommes partis pour Veracruz. Après six heures de bus nous voilà arrivés vers cinq heures du matin ! C’est plutôt matinal mais ça nous a permis d’être les témoins d’un fait naturel que nous n’avions pas encore pris le temps d’observer : le lever du soleil ! Nous l’avons vu sortir de la mer et s’installer dans le ciel et tout ça en quelques minutes, dans l’atmosphère calme et fraîche d’une ville qui se réveille. Heureusement nous avons « figés » quelques moments avec des photos. Le séjour commençait bien.

p1010700

Le lever du soleil dans le port de Veracruz. Eblouissant !

Quand nous sommes arrivés à Chachalacas (plage peu fréquentée par les touristes étrangers mais plutôt par des Mexicains), nous nous sommes laissés guider par nos pas. Puis, nous avons choisi un hôtel « au hasard ». « La cabana del pollo », traduisez la cabane du poulet ! Drôle de nom pour ce petit hôtel typique que nous avons beaucoup aimé. 12,50 euros la chambre pour trois pour la nuit. On n’a pas trouvé mieux !

p1010775 p1010853

D'un côté la faune et la flore abondent et de l'autre c'est le désert. Saisissant !

Durant ces deux jours, nous avons visité la végétation luxuriante du côté du fleuve, puis nous avons marché dans des dunes désertiques. Le Mexique est vraiment un pays de contraste. Nous y découvrons des hôtels de luxe qui côtoient les « cabanas » moins aisées, la faune et la flore abondantes d’un côté de la plage et de l’autre des dunes de sable à perte de vue ! Et bien sûr, il y avait un hamac sur la plage et nous en avons profité pour goûter aux habitudes Mexicaines de la « siesta ».

Voici "Santos" il nous a fait visité le fleuve en bateau en nous montrant la faune et la flore. Le tout en chantant presque tout le temps ! Voici donc un extrait du "spectacle".

Quand nous sommes rentrés à Mexico Mercredi soir, là encore, le contraste était saisissant : après la tranquillité de la plage, nous avons été témoins de l’heure de pointe de Mexico city avec ses rues bondées, ses klaxons et tout ce monde dans le métro et dans le bus. Mexikatzin nous disait que si l’on pouvait vivre à Mexico on pouvait vivre partout. Maintenant on comprend mieux pourquoi !

Retrouvez nos dernières photos ici.

A très vite, pour un bilan sur Mexico !

Nos premières vidéos

Carnet de Bord - Blog Mexique

Afin de partager notre aventure de la meilleure façon possible, nous avons quelques vidéos. Nous avons voulu vous faire vivre un peu des moments que nous vivons ici, c’est pourquoi nous avons décidé volontairement de ne pas faire de montage. Nous laissons les vidéos telles qu’elles sont. Sans aucun changement afin qu’elles soient authentiques.

En revanche n’hésitez pas à nous dire si vous trouvez les vidéos trop courtes. Nous pourrions éventuellement en faire d’une durée plus importante.

Enfin nous nous excusons pour la qualité mais la connexion ne nous permet pas de charger des vidéos en HD (à moins de passer son après midi dans le cyber…)

Merci à Dermot and Jon d’avoir fait le jingle En Piste pour le Monde !

Nous espérons que vous apprécierez Wink !

Une semaine à Mexico

Carnet de Bord - Blog Mexique

Voilà déjà une semaine que nous sommes rentrés de notre séjour dans les montagnes avec le peuple Huichol. La semaine dernière fut inoubliable, mais la semaine que nous venons de vivre était aussi, à sa manière, une semaine riche en moments uniques.

Au programme, les couleurs des marchés locaux, les pyramides de Teotihuacán, les danses indigènes, la découverte de Mexico la cité la plus remarquable de « l’Ancien Monde », la vie quotidienne dans une famille Mexicaine, une randonnée dans les montagnes, une soirée « cuisine française »… Voici quelques anecdotes de la semaine.

p1010658p1010660

 

 

 

 

 

 

 

Le marché Mexicain et ses couleurs !

Découvertes culinaires

Notre semaine à été marquée par quelques découvertes culinaires que nous aimerions partager. Mardi, nous sommes allés au restaurant avec la famille de Mexikatzin afin de fêter l’anniversaire de son père. Nous avons découvert une spécialité de bière très particulière au moment de commander l’apéro. Ils nous demandent si on veut gouter la « Cerveza especial » (la bière spéciale, entendez bière maison !). Pourquoi pas ! Notre surprise fut énorme quand, dans le grand verre de bière de 50 cl, nous découvrîmes une demi-douzaine d’huitres, une demi-douzaine de grandes crevettes et une sauce chili ! Ah oui, on a oublié de préciser, nous sommes dans un restaurant qui fait des fruits de mer, mais quand même ! Finalement ce n’est pas si mauvais. Je crois que c’était la première fois que je mangeais des huitres ! Nous n’avions pas notre appareil photo, alors tentez d’imaginer six huitres et six crevettes en train de flotter dans votre verre de bière qu’il faudra « gober » à chaque gorgées que vous boirez !

Nous avons aussi découvert :

  • le chicharron, de la peau de porc que l’on fait frire dans l’huile !
p1010653
Voici le Chicharron
  • un petit chili orange qui à l’air de rien mais qui rend rouge quand on le mange ! Ici ils disent de ce chili : « Piqua a la entrada y a la salida » on vous laisse chercher la signification de ce petit proverbe mexicain Smile.

  • et enfin les tortillas au Nutella ! Ca choque les mexicains qui ne s’imaginent pas manger ces tortillas avec des choses sucrées. Nous on aime bien et on tente tant bien que mal de les faire adhérer à cette nouvelle recette.

Mexico nous voilà

dscf0158dscf0213

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller à Mexico nous avons pris le "colectivo" un van rempli de monde ! Nous étions 14 (il suffit de voir la photo !)

Nous avons enfin découvert la ville de Mexico. Une ville de 18 millions d’habitants et située à 2 200 mètres d’altitude. La ville nous a impressionnés par son nombre de voitures (traverser la rue est un sport national !), par son nombre de vendeurs ambulants à chaque coin de rues (bonbons, souvenirs, jouets, vêtements et logiciels piratés…), par ses bruits, par sa foule, par ses ruines de pyramides aux milieux d’immeubles et enfin par son histoire. Ce qui nous a le plus marqué, ce sont les fresques du peintre Diego Rivera qui se trouvent au Palacio Nacional. Ces peintures nous dévoilent l’histoire du Mexique, depuis l’époque indigène, jusqu’à l’ère post révolutionnaire. Rien n’est laissé au hasard sur ces fresques, chaque détail a son importance pour bien comprendre l’histoire du peuple mexicain.

Pour l’anecdote, la mère du peintre Diego Rivera ne pouvant pas l’allaiter c’est une femme indigène qui lui a donné le sein. On dit que c’est pour cette raison qu’il raconte si justement l’histoire du Mexique pré-colombien sur ses fresques.

dscf0205

L'histoire du peuple Mexicain racontée sur cette fresque nous a émus

Teotihuacan

Pour cet endroit mythique, mieux vaut laisser parler les photos ! Ces pyramides vieilles de milliers d’années nous ont conquis. Pour ceux qui veulent en savoir plus je vous conseille l’article de Wikipédia.

Après la visite des pyramides nous avons été dans la ville de Teotihuacan. Après s’être fait arnaqué sur le marché sur le prix des « Gorditas », nous sommes allés voir Mexikatzin danser avec d’autres indigènes sur la place principale. Trois heures de spectacle, c’était superbe ! Pour les photos, par ici !

Le peuple Huichol

Carnet de Bord - Blog Mexique

Nous avons expliqué dans un premier article le déroulement de notre semaine au village Huichol. Nous aimerions maintenant partager quelques anecdotes afin que vous puissiez mieux comprendre leur culture et leur quotidien.

Le feu : un homme du village nous a expliqué que le feu est sacré pour les Huichols. C’est un moyen de communication avec leur Terre mère. Il a même comparé leur feu à notre Internet, en nous disant que c’est leur moyen de communication et de connexion avec tous les hommes. En gros, « c’est internet sans câble » nous a-t-il résumé. Cette comparaison nous a semblé drôle mais très représentative.

p1010307

Les jupes des femmes Huicholes : Ces jupes ne sont pas portées en guise de symbole féminin, ces jupes sont une image : la Terre a une « jupe » qui protège tous ses habitants (la jupe étant : les arbres, l’herbe, la terre, l’eau, les montagnes). La jupe de la Terre est donc une couche protectrice. Les femmes Huicholes portent alors, comme la Terre, leur jupe, symbole de protection maternelle.

Les accouchements : Les femmes Huicholes accouchent dans leur village sans sage-femme ni médecin. Il y eu un temps où elles descendaient en ville pour accoucher à l’hôpital. Mais, se rendant compte que les médecins mexicains leur posaient un stérilet, sous l’ordre du gouvernement (afin de mettre fin à la population Huichole), elles accouchent désormais dans leurs montagnes.

L’exclusion : la communauté Huichole est oubliée par les Mexicains et surtout non respectée. Certains se sont même demandés, il y a des années, si les Huichols avaient une âme. Le mépris envers cette population est omniprésent dans les villes mexicaines.

p1010054b

L’âge du doyen du village : je trouve cette anecdote très touchante c’est pourquoi je voudrais la partager avec vous. Lors de notre premier jour au village, je me suis assise à coté du douanier. Puis je lui demande son âge, il me répond qu’il ne sait pas en souriant. Il me tend alors sa carte d’électeur qui datait de 1993 et sur laquelle il avait 55 ans. Je lui réponds donc qu’il a entre 71 et 72 ans. Il s’est mis à rire. C’était émouvant.

Les pieds nus des enfants : on nous a expliqué que les enfants marchaient pieds nus dès le plus jeune âge. Ce n’est pas un signe de pauvreté car marcher nus pieds est une manière de communiquer directement avec la Terre. L’enfant est en contact perpétuel avec sa Terre et elle le protège de cette manière.

p1010456

Le coca-cola : dans les montagnes Huicholes, il est plus facile de trouver du coca-cola que du lait ! Les camions de cette marque internationale se déplacent jusqu’au village pour faire les livraisons, tandis que le livreur de lait n’en prend pas la peine… Frown

Que va faire notre association avec le peuple Huichole ?

Carnet de Bord - Blog Mexique

Cette question nous revient souvent et nous allons y apporter des réponses ! Il vous suffit pour cela de consulter notre rubrique «j’irai courir chez vous" » dédiée à notre association et à ses actions.

 

des problèmes avec le site ?

Carnet de Bord - Blog Mexique

Nous avons noté, dans les commentaires, que certains d’entres vous avaient des problèmes pour lire les articles du site.

 

Si vous rencontrez des problèmes, 2 solutions s’offrent à vous :


- Mettre à jour votre version d'Internet Explorer ici : http://www.microsoft.com/france/windows/products/winfamily/ie/ie8/default.aspx

- ou télécharger Mozilla FIrefox, un navigateur bien plus performant ! Vous le trouverez ici: http://www.mozilla-europe.org/fr/?utm_source=google&utm_medium=ppc&utm_campaign=french&gclid=CK34uI_LtZ4CFShGagodAgtOmg

(notre site est optimisé pour le navigateur Internet Firefox.)

N’hésitez pas à nous dire si votre problème est résolu en laissant un commentaire !

Nous en profitons pour tous vous remercier pour vos commentaires. Ca fait plaisir d’en voir autant !

A bientôt

Le Maguey

Carnet de Bord - Blog Mexique

"On en apprend tous les jours", ce vieil adage n'a jamais été aussi vrai qu'en ce moment pour nous. Alors pourquoi ne pas partager avec vous ce que nous apprenons ?

Aujourd'hui le Maguey.

p1010539

Le maguey

Le maguey est une plante très répandue au Mexique. Cette plante a une espérance de vie de 30 ans. Elle est utilisée pour:

- faire l'aguamiel: c'est une boisson locale très appréciée des Mexicains. On appelle cette eau, "l'eau de miel" parce qu'elle a un goût sucré et doux comme du miel.

dscf0098

Le bol de pulque, "la potion magique" des Mexicains !

- faire le pulque: cette boisson est alcoolisée, c'est de l'aguamiel fermenté. Ce breuvage très énergisant est en quelque sorte la potion magique d'Astérix en version mexicaine ! Autrefois, les travailleurs mexicains en buvaient un bol avant leur journée de travail, ce bol leur donnait l'énergie nécessaire pour tenir jusqu'au soir.

- faire des piercings: les aiguilles du maguey sont si piquantes qu'elles sont utilisées pour percer les oreilles des Mexicains !

p1010534

Le "sombrero" de Maxime est fait à partir de la fibre du maguey.

- faire du tissu et des chapeaux: les fibres de cette plante sont transformés en tissu et en matière plus épaisse (comme de la paille).

- cicatriser: cette plante permet de soigner des plaies, elle est utilisée à des fins thérapeutiques.

 

Le Temascal

Carnet de Bord - Blog Mexique

Samedi nous avons vécu quelque chose d’unique que nous souhaitons à tous les visiteurs du Mexique de vivre. Nous avons fait un « Temascal » que le Lonely Planet traduit vulgairement par un « sauna Mexicain ». Il est vrai que dans les lieux touristiques ils ont « occidentalisé» le Temascal afin de le rendre plus adapté aux besoins des vacanciers en recherche de bon temps. En revanche, ce que nous avons vécu était bien plus qu’un « sauna mexicain ». Nous avons vécu un Temascal selon la tradition du peuple indigène mexicain, tel que le faisaient les « guerreros » il y a des milliers d’années.

dscf0135

Quand nous demandons ce qu'est un temascal à Mexikatzin, il nous dit que ça ressemble à un sauna., mais que c’est aussi une « curacion » pour guérir les maux (respiratoires, arthrite, cardiaques…) . Nous y allons donc sans trop savoir à quoi nous attendre.

Quand nous arrivons, nous nous garons dans un grand jardin dans lequel il y a un feu gigantesque. Le foyer faisait bien un mètre de diamètre. Dedans, il y a les pierres qui serviront à chauffer le lieu.

Le lieu, d’après Mexikatzin, c’est comme un igloo en pierre. Cet igloo représente le ventre d’une femme enceinte et comme nous nous mettons en position fœtale pour résister à la chaleur, la sortie du temascal est une sorte de renaissance. Dans cet « igloo » nous sommes en contact direct avec la terre, il n’y a pas de revêtement. C’est pour mieux communier avec la « madre Tierra » (notre mère la Terre).

dscf0131

Nous entrons dans l’igloo, nous sommes une quinzaine, assis autour des pierres. Le temascal se divise en 4 périodes.

Période 1: la porte se referme et il fait noir. Un noir complet. L’obscurité est effrayante. Il faut se présenter autour des pierres brulantes, dire d’où l’on vient et dire pourquoi nous sommes ici. Le tout en espagnol, pas facile pour nous ! Une fois que les présentations sont faites le maître de cérémonie (Mexikatzin) met de l’eau sur les pierres et la chaleur se fait sentir. Nous devons dire des mots en langage ancien pour ouvrir la porte.

Période 2: On profite de l'ouverture pour amener plus de pierres, rouges vives par la chaleur, et plus de "Atlachinolli" qui est un mélange d’eau et de plantes médicinales. Cette deuxième séance est dédiée aux femmes et à la « Madre Tierra ». Nous devons remercier des femmes. Celles de nos familles, celles qui se battent pour leur liberté dans le monde, avoir une pensée pour celles qui souffrent, qui subissent des violences conjugales ou qui se prostituent contre leur gré… Bref tout ce que nous voulons, nous le partageons. Toujours en espagnol ! Puis quand Mexikatzin met l’eau sur les pierres, la différence avec la première partie de la séance se fait sentir. Il fait plus chaud, ça dure plus longtemps. C’est moins facilement supportable. Nous appelons l’ouverture de la porte pour que la troisième séance commence.

Période 3: Après avoir ajouté quelques pierres, nous n’avons pas besoin de parler, seulement d’écouter le maître de cérémonie. Nous chantons aussi. La chaleur humide est difficile à supporter. Mexikatzin nous dit que nous pouvons chanter, pleurer, crier, hurler si nous le voulons. Il faut faire sortir la douleur. Pour résister à la chaleur nous nous recroquevillons sur nous même, en position de fœtus, contre la terre. C’est plus frais. Nos épaules nous brulent, le bout des oreilles aussi. Nous crions tous en cœur « fuerza » (force), comme le faisaient les guerriers autrefois. Ca nous aide à supporter la chaleur et la sensation d’enfermement. Quand la porte s’ouvre, c’est la libération.

Delphine a décidé de sortir car ça devient difficile à supporter.

dscf0132

Période 4: Nous devons remercier qui nous voulons. Quand Mexikatzin met l’eau sur les pierres encore plus nombreuses, nous nous sentons tous de plus en plus mal. On tousse beaucoup, certains crient. C’est comme un voyage au fond de nous-mêmes. Il faut résister. C’est juste mental. La sensation d’enfermement couplée à la chaleur rend la situation difficile. L’attente jusqu’à l’ouverture de la porte parait une éternité !

Quand je sors enfin du Temascal Mexikatzin me demande de me mettre contre un arbre et de le serrer fort et de le griffer si je veux. Je me demande pourquoi. Je comprends vite quand il me verse un seau d’eau glacée sur la tête ! « C’est pour reboucher les pores de la peau, pour que tu ne sois pas malade. » Quelle attention !

En tout cas quel voyage pour nous. Ce fut comme un voyage dans le temps. Nous avions la sensation d’être des guerriers Aztèques ! Après cette expérience unique que nous vous recommandons fortement, nous avons dormi comme des Loirs.

Une semaine avec le peuple Huichole

Carnet de Bord - Blog Mexique

Et voici notre premier article de voyage sur notre carnet de bord. Ce fut une première expérience unique et merveilleuse pour nous.

Il faut aussi souligner que nous sommes pris en charge de manière extraordinaire par notre ami Mexikatzin que nous ne connaissions qu’à travers Martina Jade et son association Tierra Sagrada.

Nous sommes partis le Samedi 21 Novembre 2009 à 18h30 de la gare routière de la ville de Mexico, accompagnés par la famille de Mexikatzin.

Le voyage en bus fut très long, nous avons pris un premier bus afin d’aller à Fresnillo, la plus grande ville de l’état de Zacatecas. Puis de Fresnillo nous avons rejoint Huejuquilla. Enfin, dernier changement, pour prendre un dernier « bus » (ou « camion ») pour rejoindre le village Huichole dans lequel nous allons séjourner. Il nous aura fallu plus de 22 heures pour atteindre le village !

blog huichole 1

A notre arrivée nous sommes suivis par les regards curieux des enfants

Quand enfin nous arrivons, le village est désert ! Seuls une vieille dame et un enfant de 10 ans sont là. D’après la dame, ils sont tous à la « Tristessa » qui est un lieu sacré (lugar sagrado) un peu plus bas dans les montagnes.

- « Comment fait-on pour y aller ? » demanda Mexikatzin

- « Suivez le guide » nous répondra la vieille dame.

Le guide c’est Francisco dit « Pancho », 10 ans, les pieds nus et un sens de l’orientation inouï pour un enfant de son âge !

Après près de 40 minutes de marche (voire escalade), nous arrivons enfin au lieu sacré.

Le lieu sacré, la "Tristessa"

Nous y avons reçu un accueil digne de rois ! Une courte cérémonie est organisée en notre honneur. Nous avons du prendre une branche et se la passer autour de tout le corps (pour nous « laver ») puis enfin la mettre au feu (le feu représente le centre de la religion Huichole). Le tout, sous les chants en langue Huichole, dans lesquels ils demandent au feu de nous protéger pour notre périple et de nous donner l’énergie nécessaire afin de mener à bien notre mission. Nous décidons de repartir avant la nuit de ce lieu magique, car nos affaires sont restées la haut et le froid se fait sentir. Nous ne nous voyions pas dormir là. Guidés par « Pancho », Martin (13 ans) et Hector (9 ans) nous repartons dans l’obscurité rejoindre le village désert.

blog huichole 3

Le doyen du village, 71 ans

Jour 1 : Découverte du village

Après 12 heures de sommeil,  nous voilà partis pour la « Escuela » (l’école) afin de recenser les besoins de l’école et de parler de l’aide que notre association pourrait apporter (nous vous présenterons tout cela dans un prochain article dans la rubrique « j’irai courir chez vous »). Les enfants ne nous lâchent pas des yeux. C’est la première fois qu’ils voient des « gringos » (hommes ou femmes blancs).

L’heure du repas approche et c’est avec des yeux écarquillés que nous découvrons la cuisine de la famille qui nous accueille. Au menu, courgettes, tomates et oignons le tout dans des tortillas faites devant nous ! Un régal.

Le soir nous avons mangé de la viande de Taureau qui avait séchée au soleil toute la journée… Je dois avouer que j’ai eu du mal à la manger, tandis que Delphine l’a dévorée !

blog huichole 6

La viande qui sèche sur un fil

Jour 2 : Un autre lieu sacré

La nuit fut difficile (- 6 degrés) et c’était l’occasion de tester nos duvets. Résultat je suis malade ! Delphine a été plus résistante !

Nous nous sommes dirigés vers l’école avec Mexikatzin afin d’organiser une activité avec les enfants. Difficile d’expliquer les règles de la balle au prisonnier dans un espagnol approximatif, heureusement Mexikatzin comprend vite !

De 15h30 à 17h30, nous sommes partis à la découverte d’un autre lieu sacré. La montagne des loups. Cette fois ci, nous avons été guidés par Hector, Martin et Natividad. L’endroit est magnifique, loin de tout et impressionnant. Nous y avons trouvé un autre lieu de culte pour les Huicholes. Ils y font des offrandes à leurs dieux (fruits, animaux, objets d’arts…)

En redescendant de la montagne nous avons appris quelques mots de français et d’anglais aux enfants qui apprennent avec une facilité déconcertante. Avec le jeu de ce matin et la balade de cet après midi on sent les enfants plus à l’aise avec nous, ça fait plaisir !

blog huichole 4

Une vue  sur les montagnes lors de la balade

Jour 3 : "la curacion" de Don Tonio !

Ce jour là, il fait froid et il y a du vent. Donc pas possible d’organiser une activité avec le enfants. Alors, pendant que Delphine lit son livre, je décide de tenter de sculpter un « lobito » (petit loup) dans le bois. Après deux ou trois coupures, le petit loup prend forme !

Mexikatzin décide de nous emmener voir Don Tonio qui habite la maison d’à côté. Nous l’aidons à couper du bois (enfin surtout Mexikatzin) puis, il nous dit qu’il va nous faire une « curacion ». Il se trouve que Don Tonio est un « Chaman », il est en quelque sorte le guérisseur du village.

Je passe le premier et je prend cette séance très au sérieux. Après 5 minutes de chants et de passage avec un bâton décoré de plumes d’aigle sur mon corps, il aspire fortement près de ma gorge avec sa bouche. Il dit que c’est pour sortir la maladie. Dans le même temps, il sort un petit caillou blanc de sa bouche et nous explique que c’est la maladie qui s’est matérialisée. Nous restons dubitatifs. Toujours est-il que le lendemain, je ne suis plus malade !

Delphine a eu le droit à sa « curacion » aussi, même si elle précise plusieurs fois ne pas être malade !

Encore une journée pleine de surprises et d’apprentissages sur la culture Huichole (qui fera l’objet d’un autre article)

Jour 4 – au revoir !

C’est notre dernier jour avec les Huicholes, nous allons à l’école pour organiser des activités. Au programme,  dessin et collage pendant une heure avec Delphine puis course d’athlé avec moi. Encore un moment de bonheur très simple partagé avec les enfants. Nous disons au revoir aux enfants et à l’institutrice à qui nous promettons d’envoyer les photos des enfants dès notre retour en France.

blog huichole 7

Les enfants de l'école

Nous sommes rentrés hier soir à 23h30 de ce long périple, nous nous sommes empressés de prendre une bonne douche (après 5 jours sans eau ni éléctricité) !

Nous avons appris énormément du peuple Huichole. Dans un prochain article nous vous parlerons plus en détails de cette étonnante population.

Quant aux classes qui nous suivent, nous vous enverrons prochainement un prochain e-mail pour vous présenter l’école.

Bonne lecture !


hc logo fr rgb