how to

visit website

click here

view more php tutorials

read more

logo

 

tour du monde

Retrouvez notre CARNET DE BORD tour du monde.

De retour en France depuis

logo

Tour du monde

Notre position actuelle

Donate using PayPal

Nom:
Message:

Partager !

Add to: JBookmarks Add to: Facebook Add to: Windows Live Add to: Digg Add to: Del.icoi.us Add to: Yahoo Add to: Google

Retrouvez-nous sur :

find_us_on_facebook_badge

Trivago

Large choix dhôtels pas chers sur trivago.fr

Newsletter

Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour être mis à jour régulièrement




Namibie

Bilan de la Namibie

Carnet de Bord - Namibie

On a aimé :

• Les paysages extra-terrestres et hors du commun qui composent une grande partie de la Namibie. Ce pays ravira les amateurs d’aventures, de solitude et de grands espaces.

• Notre guide Agies, une personne très attachante.

• La victoire de l’Espagne durant la coupe du monde 2010.

• Juan et Felipe, nos deux amis espagnols que nous avons rencontré à Windhoek et que nous avons revu à Swakopmund et Etosha. Viva Espana !

• L’excitation de voir la date de retour se rapprocher et de bientôt revoir nos familles et amis !

csc_0277

Le drapeau namibien.

On n’a pas aimé :

• La forte odeur des phoques du Cap sur la plage au Nord de Swakopmund.

• Oublier nos serviettes à Swakopmund… on n’avait plus de serviettes pour les 10 derniers jours de notre tour du monde, snif.

• Les nuits d’hiver de plus en plus froides (entre notre première nuit à Windhoek et la dernière, on a bien senti la différence !).

• Les touristes bourgeois des campements dans le parc national d’Etosha (pas un bonjour, pas un regard, bref pas cool du tout…).

• Sentir la fin se rapprocher et dire « au revoir » à notre vie d’aventurier.

 

Meilleur souvenir :

• Pour Delphine : la soirée au campement à côté du village Himba. Il n’y a avait pas d’électricité, on était en pleine nature et on a fait un feu de camp pour se réchauffer : le calme du campement, la beauté du ciel étoilé et le crépitement du bois en train de brûler, tout était réuni pour passer une soirée simple, sereine et conviviale.

• Pour Maxime : la route de la Skeleton Coast avec le brouillard. Je ne me suis jamais senti aussi dépaysé ! J’avais l’impression d’avoir quitté la Terre.

csc_0459

Un enfant Himba.

Notre coup de cœur :

• Pour Delphine : les girafes qui couraient juste à côté de notre van, elles nous suivaient en faisant de grandes enjambées sur le bord de la route sableuse.

• Pour Maxime : la Deadvlei et le désert qui l’entoure.

 

Ca nous a fait rire :

• Les impalas mâles qui courraient après les femelles sans succès. Ca devait sûrement être la saison des amours pour les mâles, mais apparemment pas encore pour les femelles !

• Devoir pousser le van de notre guide tous les jours pour qu’il démarre.

• Qu’un guide d’un autre groupe de touristes (qui faisaient le même parcours que nous) croit qu’on était espagnols : pendant 10 jours il nous parlé en anglais avec quelques « Hola », « gracias » et « viva Espana » par ci par là (je lui ai tout de même révélé que nous étions Français le soir de la finale de la coupe du monde !Un peu honteux, il a blêmi !).

csc_0294

Les lions d'Etosha (on les a cherchés pendant 2 jours avant de les voir allongés près d'un plan d'eau).

Ca nous a fait moins rire !

• S’essuyer avec un tee-shirt (pour Delphine) et du papier toilette (pour Maxime) à la sortie de la douche pendant les 10 derniers jours.

 

Ca nous a étonnés :

• La Namibie est le pays le plus cher de notre tour du monde lorsqu’on parle de location de voiture, d’entrée dans les parcs nationaux et des activités touristiques en général.

• Le village Himbas géré par les blancs…

 


Leçon de clics
envoyé par EnPistePourLeMonde. - Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

 

Les leçons de clics enseignées par Agies, notre guide Namibien.


Les photos de la Namibie sont ICI !

Namibie - le clap de fin

Carnet de Bord - Namibie

Après avoir traversé les paysages désertiques et extra-terrestres de la côte Namibienne, nous avons rejoint le village Himba en passant par la « petrified forest » (la forêt pétrifiée) et par un parc où l’on peut voir des peintures rupestres. Nous avons failli de ne pas pouvoir entrer au village, faute d’argent (il faut quand même payer plus de 60€), mais nous avons réussi à faire payer notre agence de voyage car l’excursion était censée inclure les frais d’entrée de tous les parcs nationaux, musées ou activités, sans exceptions.

DSC_0242

Les “sculptures rupestres” de Namibie

Le village Himba est un véritable « musée » en plein air. Les Himbas sont un des plus vieux peuples de Namibie. Après des années d’errance, essentiellement pour échapper aux guerres tribales, ils se sont réfugiés, au début du 20ème siècle, dans le nord de la Namibie où ils ont pu trouver refuge dans un environnement calme et en paix, jusqu’à l’arrivée des touristes ! Ils continuent de vivre selon leurs traditions ancestrales. Ils sont habitués aux relations avec les touristes et se laissent prendre en photo très facilement. On les voit d’ailleurs partout en photo en Namibie.

 DSC_03411

Une jeune femme Himba. Les femmes Himbas et les enfants constituent d’ailleurs la totalité de la population du village. Les hommes travaillent à la capitale.

Nous avons été accueillis par un guide qui n’était pas du village Himba et qui nous a fait faire un tour dans le village afin de découvrir le mode de vie de cette population. Nous avons été déçus de notre guide qui n’hésitait pas à toucher les Himbas avec son bâton afin de nous montrer leurs cheveux, ou encore les bracelets qu’ils portaient, exactement comme on pointe quelque chose sur un tableau ! On aurait dit qu’il ne les respectait pas vraiment. On a été aussi déçus de voir que la somme d’argent que nous avons payé était revenue à deux « hommes blancs »… Ce qui nous déçoit surtout c’est le manque d’informations et d’explications sur ce qu’ils font de l’argent récolté. On espère qu’une partie est reversée aux Himbas. On a essayé de trouver un représentant du village afin de leur dire que notre association pouvait les aider dans certains projets, mais là encore on nous a envoyé vers les « Blancs ». Impossible de trouver quelqu’un du village Himba à qui parler pour aider ! Incroyable !

 DSC_02701

Des enfants Himbas jouant avec des petites chèvres

Cette visite nous a surtout permis de réaliser la chance que nous avions d’avoir pu visiter le village Huichol au Mexique qui lui est resté authentique. Après la visite du village Himba, nous avons été chercher du bois dans la brousse afin de faire un feu pour nous réchauffer. Le camp était vraiment loin de tout et c’était super dépaysant de se réchauffer près du feu en regardant le ciel étoilé d’Afrique. Ca nous manquera en France !

 CSC_02811

Gare aux chacals ! Ils errent la nuit dans les camps à la recherche de nourriture. On n’était pas rassurés quand on voyait leurs ombres de l’intérieur de notre tente !

Le lendemain, nous sommes partis pour le parc national d’Etosha. Nous avons passé deux jours là bas à chercher les lions, sans succès ! Globalement, nous avons vu moins d’animaux ici qu’au Kruger, en Afrique du Sud. Peut-être la chance n’était pas avec nous cette fois là. En revanche, le lendemain, le Mardi 13 Juillet, on a enfin vu deux lions au bord d’un point d’eau, juste avant de quitter le parc. C’était très étrange à observer. Tous les animaux, zèbres, phacochères, gnous et impalas restaient à distance du point d’eau en ne lâchant pas les lions du regard. Ils ont tous peur du roi de la jungle. Quelques zèbres se sont risqués à aller se désaltérer suivis de près par un impala. Au moindre bruit, ils fuyaient tous en courant !

DSC_03121

Tout le monde fuit devant les deux lions qui sont pourtant assez loin (au fond de la photo, au centre).

Les lions regardaient le spectacle en prenant tranquillement le soleil, jusqu’à l’arrivée d’une trentaine d’éléphants qui ont mis tout le monde d’accord. Même le roi des animaux a reculé devant l’arrivée des pachydermes venus calmer leurs soifs. C’était impressionnant. Après le départ des éléphants, le niveau de l’eau avait légèrement baissé. Ca n’a pas choqué notre guide qui nous a appris qu’un éléphant pouvait boire jusqu’à 200 litres d’eau par jour !

DSC_03311

Les lions se sont (enfin!) levés pour fuir devant les éléphants.

Nous sommes repartis heureux d’avoir assisté à cette scène sauvage offerte par la savane africaine. Nous avons passé la dernière nuit de notre excursion guidée au parc du plateau de Waterberg. Malheureusement pour nous, nous sommes arrivés à la tombée de la nuit et repartis tôt le lendemain matin, nous n’avons donc pas pu visiter le parc !

On a juste partagé notre dernier repas avec notre guide Agies et nous avons profité d’un peu de temps le lendemain matin pour filmer « une leçon de langage Tamara » donnée par Agies. Ce langage a la particularité d’avoir des « clics », des sons qui sont aussi utilisés en Afrique du Sud par les Zoulous et les Xhosas entre autres. On vous encourage à essayer de reproduire ces sons chez vous ! Ce n’est pas si facile.

Demain, nous prenons l’avion qui nous ramènera en France et qui marquera la fin de cette aventure humaine… On ne réalise pas très bien pour l’instant. On prendra le temps de faire le bilan de la Namibie et de faire plusieurs bilans sur notre tour du monde. Tels que le bilan « en chiffres » et deux bilans personnels.

Et bien sûr, nous continuerons de donner des nouvelles de nos activités associatives. Ce n’est donc pas notre dernier article !

En revanche, pour tous ceux qui ont suivi notre voyage à travers nos articles et qui n’ont encore jamais laissé de commentaires, c’est le moment ou jamais ! On serait curieux de savoir qui nous a suivis.

Et n’oubliez pas, RDV jeudi prochain (le jeudi 22 Juillet) sur Envoyé Spécial !

Toutes les photos de la Namibie (et la vidéo) seront téléchargées dès que nous aurons une connexion internet suffisamment puissante. Patience !

Swakopmund et la Skeleton Coast

Carnet de Bord - Namibie

Après deux jours dans le désert, nous sommes revenus à la « civilisation », à Swakopmund, une ville balnéaire sur la côte Atlantique. Dans le programme des 10 jours d’excursion, une pause dans cette ville était prévue. Nous avons donc quitté Agies (notre guide) le mercredi après-midi afin de le retrouver le vendredi matin pour le reste de l’excursion. Cette pause lui a permis de réparer la voiture qui commençait à faire de plus en plus de bruit (ce serait dommage de tomber en panne sur la route, quand on voit qu’on peut faire parfois 2 heures de route sans croiser une seule voiture !). Nos deux jours à Swakopmund ont été très calmes. Toutes les activités étant toutes excessivement chères (sandboard, tour en bateau pour voir les dauphins et baleines), on s’est contenté d’arpenter les rues de la ville et de prendre notre temps sur la plage. On se rappellera surtout de deux moments forts durant ces deux jours :

- La victoire de l’Espagne en demie finale contre l’Allemagne. Nous avions rejoint notre couple d’amis Suédois, Karin et Frederic, dans un pub en centre ville pour regarder le match ensemble. On a passé une excellente soirée, il y avait une super ambiance avec de nombreux supporters Allemands et Espagnols. Nous avons d’ailleurs croisé Juan et Felipe, les deux Espagnols rencontrés sur Windhoek quelques jours auparavant. Et lorsque les Espagnols ont gagné, ils nous ont annoncé qu’ils annulaient leur excursion guidée afin d’assister à la finale à Johannesburg. Le sourire aux lèvres et les yeux pétillants de bonheur (et d’alcool peut-être !), ils ont déclaré : « Es una vez en la vida » (c’est une fois dans la vie). En tout cas, on était content pour tous nos amis Espagnols (et demi-Espagnols !).

1DSC_0034

Notre dernier coucher de soleil face à l’océan du tour du monde.

- Les quelques dauphins observés depuis la plage. Nous avons croisé par hasard Karin et Frederic le jeudi matin et nous nous sommes posés sur le sable pour discuter un peu… Et Frederic (très bon observateur de la faune depuis notre début de voyage tous ensemble) nous a annoncé qu’il a vu un aileron dans les vagues. Nous avons alors observé tous les quatre et nous avons eu la chance de voir 3 à 4 dauphins passer dans les vagues à quelques mètres du bord de l’eau. C’était génial !

 

Cinquième jour – Skeleton Coast

On a passé cette journée principalement dans la voiture. Il faut savoir qu’il nous faut environ 4 heures pour faire 200km de trajet tellement les pistes sont sinueuses ici. Ce jour là, nous sommes partis vers 8H30 de Swakopmund pour arriver à 18H00 dans notre nouveau camp. Pour résumer la journée, voici les points clés de ce long trajet :

- Les colonies de phoques du Cap. Nous nous sommes arrêtés à quelques kilomètres au Nord de Swakopmund pour voir les phoques de Namibie. Et quelle surprise de voir des phoques par milliers ! En sortant du van, l’odeur des phoques nous a beaucoup étonné (une odeur très forte et très mauvaise !). Nous pensions voir quelques phoques par ci par là mais finalement, c’était une plage de 2 à 3 kilomètres de long remplie de phoques (Maxime a comparé cette plage aux plages du Sud de la France en été : il n’y a pas deux mètres carrés de disponibles pour poser sa serviette !)

CSC_0134

Les phoques du Cap se dorant la pilule.

- Les épaves rencontrées sur la route. Sur des kilomètres et kilomètres de désert, ces quelques épaves de bateaux ou d’usines désaffectées ont été notre attraction de la journée et ont attiré notre curiosité. - Le déjeuner dans un désert comme on n’a jamais vu : la faim nous a poussés à nous arrêter devant une ruine d’ancienne usine pour y manger. La brume nous empêchant de voir à 300 mètres, l’humidité, le vide et le silence autour de nous donnaient l’impression d’avoir quitté la Terre. C’était particulier comme déjeuner, un peu déprimant selon moi, différent et appréciable selon Maxime qui se croyait déjà sur Mars !

1DSC_0153

Pause pique-nique en face de ces ruines.

- La rencontre de trois touristes allemands en panne d’essence sur une longue route déserte. Maxime conduisait lorsque nous les avons croisés. Notre guide a hésité à s’arrêter mais il savait qu’ils pouvaient attendre longtemps sans voir personne ! On a alors tiré le 4x4 pendant 20 kilomètres avec notre van puis on a décidé de partir avec une seule personne Allemande pour remplir un bidon d’essence (la voiture était trop lourde pour que nous puissions faire 30 kilomètres de plus en la tirant, ça nous ralentissait et le soleil commençait à se coucher). Agies devait nous laisser au campement pour que nous installions la tente pendant qu’il repartirait pour leur amener le bidon d’essence plein.

1DSC_0189

La famille allemande en panne d’essence en plein désert

Sur la route, avant le campement, le pneu de notre van a crevé ! Nous avons été étonné de la rapidité d’exécution de Agies (en 10 mn le pneu était changé !). Nous sommes ensuite arrivés au camp en pleine obscurité, on a du monter notre tente dans le noir à l’aide d’une minuscule lampe torche et nous avons aussi cuisiné et mangé tous les deux dans le noir complet ! Pendant ce temps, notre guide est allé dépanner les touristes allemands. Nous l’avons entendu revenir 2 heures plus tard et nous entendions les trois touristes le remercier des milliers de fois !

1DSC_0194

Notre pneu bien à plat !

- La chorale au campement de Twyfelfontein. Dans notre soirée au campement, le personnel du camping a fait un petit concert pour un groupe de touristes hollandais, nous y avons pris part, contents d’assister à ce spectacle inattendu (cela nous a permis d’oublier un peu ces 10 heures de route éprouvantes). Les chants Namibiens nous ont beaucoup plu ; à chaque chant, il y a une chorégraphie ou des claquements de doigts ou de mains. C’est très joyeux et dynamique.

RDV le 22 Juillet 2010

Carnet de Bord - Namibie

Bonjour à tous,

Un message rapide pour vous dire de ne pas louper le reportage d'envoyé spécial le jeudi 22 Juillet 2010 car nous y serons ! Alors à tous les fans de voyage RDV le 22 Juillet 2010 pour le reportage qui nous aura suivi au Chili et en Afrique du Sud pour des moments inoubliables...

A bientot et merci de nous suivre !

Namibie - le début de la magie !

Carnet de Bord - Namibie

Voici un aperçu sur nos premiers pas dans l’extraordinaire Namibie. Ce pays est vraiment impressionnant.

Premier jour - les routes infinies et désertiques de Namibie

Nous sommes donc partis lundi matin à 9h00 de notre auberge de jeunesse accompagnés de notre guide Hajis (prononcez « Harrrrris ! »). Nous sommes allés à l’agence afin de signer quelques papiers et d’apprendre que finalement, nous ne serions pas seulement deux pour l’excursion. En effet, durant les trois premiers jours, nous allons être accompagnés d’un couple de Suédois : Frédéric, moitié Suédois moitié Français et Carine dont la mère est prof de français ! Ils parlaient donc très bien le français et, très sympathiques, ils ont largement contribués à nous faire apprécier nos premiers pas en Namibie !

dsc_0034

Notre super van sur les pistes Namibiennes

Nous sommes donc réellement partis de Windhoek vers 11h15 et après 10 minutes de route, notre guide m’a demandé si je pouvais prendre le volant car il se sentait mal. Le voyage commençait bien ! J’ai donc conduit le van pendant près de 3 heures sur les pistes de sable et de cailloux Namibiennes. Il est très rare de voir des routes goudronnées en Namibie et cela rend la conduite pénible…

Nous avons fait une première pause vers 14h00 pour manger dans un endroit à la vue magique. Nous y avons croisé trois touristes américaines. On a repris la route 30 minutes plus tard et avons revus les trois même touristes peu de temps après sur le bord de la route en train d’essayer de sortir de leur voiture qui avait fait des tonneaux. Quel choc pour nous ! Nous nous sommes arrêtés pour les aider et pour voir si elles allaient bien. Fort heureusement, les dégâts n’étaient que matériels. C’était impressionnant de voir l’état de la voiture…

 

dsc_0039

L'état de la voiture des Américaines.

On a donc demandé au guide de reprendre le volant, n’étant pas habitués à ce genre de routes pleines de bosses, nous préférions redoubler de vigilance pour les 100 derniers kilomètres. Quand nous sommes enfin arrivés à notre camp, nous avons planté la tente et nous n’avons pas pu assister au coucher de soleil à cause du retard que nous avions accumulé durant la journée.

Deuxième jour – le désert de Sossusvlei et la Deadvlei.

Nous nous sommes levés à 5h20 pour être prêts à voir le lever de soleil sur la Dune 45, nommée ainsi car elle est exactement à 45 kms du camp de Sesriem. Quelle impression ! Les paysages étaient à couper le souffle…

dsc_0163

La dune 45

Le désert restera pour nous un des meilleurs souvenirs du voyage. Que ce soit celui d’Australie ou celui de Namibie, ce genre de paysages et l’immensité de la nature nous laissent à chaque fois bouche bée. Impossible de rester de marbre quand on regarde le soleil se lever au loin, les pieds dans le sable froid, au sommet d’une grande dune, en plein milieu du silence du désert. On se sent si petit dans cette quantité de sable ! Le soleil et les reliefs de la nature nous ont encore offerts un spectacle inoubliable ce matin là.

 

dsc_0157

Lever de soleil sur le désert

Le reste de la matinée, nous avons continué notre promenade dans le désert et nous avons découvert la Deadvlei qui veut dire : « la vallée morte où il y avait de l’eau mais pas en permanence », c’est plus court de dire Deadvlei ! Et là encore, ce que nous y avons vu était unique au monde. Cet endroit est en effet marqué par la présence ancienne de l’eau et les arbres y sont morts depuis longtemps mais restent debout grâce à leurs racines enfouies à plus de 20 mètres dans le sol, d’après notre guide. A regarder ce paysage, on se croirait sur une autre planète. Nous avons longuement marché et pris des photos dans cette forêt d’arbres morts au sol craquelé par la présence lointaine de l’eau.

 

csc_0460

Le coucher de soleil à Solitaire

Avant de reprendre la route pour Solitaire, nous avons fait un arrêt pour découvrir le Sesriem canyon. Arrivés à Solitaire, nous avons été voir le soleil se coucher avant d’aller manger un « Braai », un barbecue Africain, préparé par Hajis de façon délicieuse.

 

dsc_0336

Deadvlei

Troisième jour –Swakopmund et encore de la route…

Nous avons pris la route vers 8h30 pour arriver à 11h30 à Swakopmund… La piste paraissait interminable ! Tout ce qu’on voyait à l’horizon pendant plus de trois heures c’était le désert et la piste continuer à l’infini ! Pas étonnant que la Namibie est un des pays les moins densément peuplés d’Afrique ! Le désert du Namib est un des plus inhospitaliers au monde. Nous allons rester deux jours ici à Swakopmund, ville connue comme « la petite Allemagne », en raison du nombre d’Allemands ici. Elle fait penser à une ville de western avec ses bâtiments coloniaux.

dsc_0047

Une curiosité du désert à Solitaire

 

Premiers jour en Namibie

Carnet de Bord - Namibie

Nous venons d’arriver en Namibie après 21 heures de bus en provenance de Capetown, en Afrique du Sud.

Nous sommes à Windhoek, la capitale du pays et nous réalisons que, comme beaucoup nous l’avaient dit, la Namibie n’est pas le pays idéal pour les Backpackers. C’est très très cher ! Et les solutions pour visiter sont limitées…

Il nous faudra louer une voiture ou partir en tour organisé. Nous avons passé notre premier jour à étudier les différentes options. Nous avons finalement opté pour le tour organisé qui est très cher mais qui a l’avantage d’être guidé ! Nous avons réussi à négocier le prix et en plus nous n’allons être que tous les deux avec le guide !

Nous avons abandonné l’option de la voiture car elle revenait finalement au même prix que le tour avec le guide. L’option de la voiture peut valoir le coup si on est plus que deux, mais nous n’avons rencontré personne (tous les touristes réservent en avance et il y a peu de Backpackers) et nous n’avons pas trop le temps d’attendre. Et avoir un guide est un luxe qui ne se refuse pas, car nous voulons vraiment découvrir le meilleur de la Namibie.

Et puis c’est notre dernier pays ! On ne voulait rien en louper et apprécier à fond chaque jour ! Nous partons donc Lundi 5 Juillet pour 10 jours à la découverte de ce pays.

En attendant nous restons à notre backpacker (cardboard box backpacker) à Windhoek et nous profitons du beau temps et de la coupe du monde ! Nous avons regardé les quarts de finales en compagnie d’Allemands puis d’Espagnols en supportant avec eux leur pays.

dsc_0014

Fabien, ça c'est pour toi !


hc logo fr rgb