how to

visit website

click here

view more php tutorials

read more

logo

 

tour du monde

Retrouvez notre CARNET DE BORD tour du monde.

De retour en France depuis

logo

Tour du monde

Notre position actuelle

Donate using PayPal

Nom:
Message:

Partager !

Add to: JBookmarks Add to: Facebook Add to: Windows Live Add to: Digg Add to: Del.icoi.us Add to: Yahoo Add to: Google

Retrouvez-nous sur :

find_us_on_facebook_badge

Trivago

Large choix dhôtels pas chers sur trivago.fr

Newsletter

Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour être mis à jour régulièrement




Nouvelle Zélande

Bilan de la Nouvelle Zélande

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

On a aimé :

•    La propreté du pays : tous les sites touristiques sont équipés de différentes poubelles pour le recyclage des ordures. C’est un pays très respectueux de l’environnement, c’est très agréable de se balader en forêt, dans les montagnes et autour des lacs sans déchets laissés ici ou là.

•    Les petits signes de la main sur la route entre conducteurs de « campervan ».

•    La facilité de voyager dans ce pays : tout est clairement indiqué, il y a des bureaux d’informations dans toutes les villes et des accès à l’eau et aux toilettes publics un peu partout.

•    Les belles journées ensoleillées d’automne : les couleurs orangées et jaunes des feuilles mortes donnaient beaucoup de charme aux paysages.

•    Le vin néo-zélandais (même si, ne mentons pas, le vin français nous manque !).

•    Le fait d’avoir été accompagnés tout au long de notre voyage en Nouvelle Zélande par les romans de Paulo Coelho. Nous sommes tombés amoureux de ses écrits chargés d’enseignements. On a adoré.

•    La visite de la brasserie Monteith’s (les meilleures bières de Nouvelle Zélande, franchement ça vaut le détour !). Lors d’une après-midi pluvieuse, nous avons décidé de visiter cette usine de fabrication de bières. La visite fut instructive et la dégustation délicieuse !

panorama vigne wanaka

Les vignes de Wanaka

On n’a pas aimé :

•    Croiser des opossums morts sur la route tous les 10kms…

•    Entendre les battements d’ailes des moustiques avant de nous endormir… Et voir le résultat sur nos bras et jambes le lendemain matin !

•    Le manque de rencontre : en Nouvelle Zélande, tout est tellement bien indiqué qu’on ne peut pas prétexter chercher la poste ou le centre ville pour arrêter une personne dans la rue et lui demander notre route… Ca limite donc les rencontres avec la population locale… Quant aux voyageurs, chacun trace sa route avec son propre moyen de locomotion…. Pas facile d’échanger quelques mots à des inconnus dans ce contexte…

panorama lake pukaki

On tente les panoramiques avec notre nouvel appareil photo. Les vastes paysages s'y prètent bien.

Meilleur souvenir :

•    Pour Delphine : mon réveil en face du Mont Cook : le soleil se levait tout juste, il était bien tôt, mais, quand j’ai ouvert l’œil et que j’ai aperçu à l’extérieur le magnifique décor qui s’offrait à nous, je me suis tout de suite levée pour une séance photos.  

•    Pour Maxime : mon bain dans la source d’eau chaude à Taupo, dans l’île du nord.

panorama moutons

Un troupeau de moutons.

Notre coup de cœur :

•    Pour Delphine : Notre petite demie heure au lieu de rencontre des phoques ! J’ai adoré cette randonnée improvisée et le fait de tomber face à un petit paradis terrestre bien agité.   

•    Pour Maxime : l’art Maori. L’histoire de ce peuple est passionnante et envoutante et l’on retrouve tout ça dans leurs sculptures et autres objets d’art.

panorama parc torongo

Le parc national de Torongo

Ca nous a fait rire :

•    Le panneau d’accueil d’une petite ville située sur la « forgotten world highway » spécifiant : « Welcome. Come and increase our population »  (bienvenue. Venez augmenter notre population)… Pour les personnes cherchant le calme et la solitude : c’est l’endroit rêvé !

•    Les mélanges d’expressions de Maxime. Un exemple: « On a dormi sur un œil » !

•    Mais aussi ceux de Delphine ! Un exemple : « Ils ne se lâchent pas d’une basket » !

panorama wanaka

Une vue sur la route de Wanaka

Ca nous a fait moins rire !

•    Les 150 kilomètres sur la « forgotten world highway » avec seulement un quart d’essence. On regardait avec inquiétude la jauge descendre doucement mais sûrement.

Ca nous a étonnés:

•     Cette impression de passer dans des villages-fantômes : parfois, les routes traversaient des villages pleins de jolies petites résidences et de magasins, mais on n’y croisait pas un chat !

•    Le fait d’avoir croisé dix fois plus de vaches et de moutons que de Néo-Zélandais.

VOTEZ POUR ROMAIN !

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

Bonjour à tous,

Puisque ce site a été créé avec l’objectif d’être solidaire, c’est l’occasion aujourd’hui de vous demander d’aider Romain (en un clic !), un globetrotteur qui a renforcé notre envie de parcourir le monde tout en aidant les populations (on tient d’ailleurs à préciser que Romain nous a beaucoup aidé dans notre projet en parlant de nous autour de lui et en nous donnant pas mal de conseils).

Pour les curieux, vous pouvez jeter un oeil sur son blog tour du monde: http://www.romain-world-tour.com.

Comment l’aider ? C’est simple, ça vous prendra 30 secondes au plus, il suffit de voter pour lui en cliquant ici. A peine rentré de son année de tour du monde, il a l’opportunité de repartir sur les routes en étant reporter pour France Soir… Pour ce faire, il doit gagner le concours organisé par ce journal.

A vous de jouer en votant pour lui! On vous promet que vous ne serez pas déçus par ses reportages de qualité.

------------

Pour plus de détails, voici l'e-mail de Romain:

Chers amis,

La compétition est plus que jamais d'actualité ! Et ma vidéo de candidature est en ligne :
http://www.facebook.com/l/e1574;www.romain-world-tour.com/veille/france-soir-reportour-ma-video-de-candidature/
J'ai encore besoin de votre aide pour gagner le "meilleur CDD du monde"
Je vous rappelle (IMPORTANT) que vous pouvez voter pour moi une fois par jour, et ce tous les jours jusqu'au 20 Mai prochain !
Merci donc de cliquer sur
- http://www.facebook.com/l/e1574;reportour.francesoir.fr/RomainCorraze
- puis sur "Votez pour ce candidat" !
1000 merci et bonne journée,

Romain

Apprentissages de la Nouvelle Zélande

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

Notre mois en Nouvelle Zélande s’achève bientôt et c’est l’occasion de faire un point sur toutes les choses que nous avons découvertes là bas. Des fruits aux animaux en passant par les légendes Maori, nous avons beaucoup appris !

Le Kiwi : Cet animal est tout un symbole pour les Néo-Zélandais à tel point que c’est le surnom qu’on leur donne. On appelle communément les Néo Zélandais des « Kiwis » ! Même leur monnaie se fait appeler « kiwi dollars », c’est drôle. Comme si on surnommait les français « coqs » ! Le kiwi est un oiseau qui ne vole pas et qui vit la nuit. Il est donc difficile à voir… La seule fois où nous en avons vu, c’était dans une réserve. Ils ont un très grand bec et ont la particularité d’être les oiseaux qui pondent les plus gros œufs relativement à leur taille. Dernière chose, ils sont en voie de disparition. Malheureusement.

dsc_0087

dsc_0120

A gauche un Kiwi et à droite une radio de Kiwi qui montre la place que prend un oeuf dans son ventre !

Le Moa : Le Moa est une sorte d’autruche géante qui vivait en Nouvelle Zélande il y a des milliers d’années. Néanmoins, des rumeurs disent que quelques uns d’entres eux se baladeraient encore en Nouvelle Zélande. Nous n’avons pas eu la chance de faire cette découverte !

dsc_0085

Un moa au musée d'Auckland

Le fruit mystérieux : nous avons découvert ce fruit en faisant nos courses et nous n’avons pas pu résister à le gouter ! La caissière nous avait dit que le goût était entre la banane et le citron. Et bien après y avoir goûté, on peut vous le certifier, et c’est très bon. C’est étrange de découvrir des saveurs inconnues. Ah oui, et l’intérieur est un peu gluant, vous êtes prévenus !

dsc_0178 dsc_0180

Les Maoris : nous avions entendu parler des Maoris avant de venir ici, mais nous avons découvert leurs légendes et leurs coutumes. En voici quelques unes :

- Les vêtements : sur la photo on voit une plante verte derrière les bandes de tissus qui sèchent. Les feuilles de cette plante servent à faire les tissus que vous voyez sécher. Il suffit d’effiler la feuille avec une coquille d’huître et le tour est joué ! Puis il faut faire sécher, et enfin vous pouvez vous faire une belle jupe, comme le monsieur un peu plus bas sur la photo. On n’a pas osé lui dire que chez nous, ce sont seulement les filles qui portent des jupes… Allez savoir pourquoi !

dsc_0119

La plante qui sert à faire ces tissus se trouve derrière.

- Les grimaces : quand les Maoris tirent la langue et font les gros yeux (comme quand ils dansent le Haka par exemple) c’est pour effrayer leurs adversaires. Cette grimace symbolise la mort.

dsc_0167

Une pose durant le Aka !

- La légende de Maui :outre avoir volé le feu aux Dieux, Maui a aussi permis à la terre d’avoir des jours plus longs en ralentissant le cours du soleil. Pour se faire, il l’a accroché afin de ralentir son cycle et de permettre aux gens de la terre d’avoir assez de lumière dans la journée pour faire tout ce qu’ils avaient à faire. Et enfin, il a pêché l’île du nord de la Nouvelle Zélande en utilisant l’île du sud comme canoë et en utilisant un os comme hameçon. C’est pour cela que l’île du nord de la Nouvelle Zélande s’appelle Te Ika a Maui en Maori (le poisson de Maui). Sa vie n’a pas été de tout repos !

- Enfin, on est sûr de retenir un mot Maori: MANU, qui veut dire oiseau.

Un animal inconnu: nous sommes tombés nez à nez avec cet animal sans savoir ce que c’était… Si vous avez une idée, aidez-nous à lui trouver un nom !

csc_0320

???

Anecdotes de voyage

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

Deux jours de pluie en Nouvelle Zélande et voilà que l’on a du temps pour raconter quelques anecdotes :

Anecdote 1 : Ne jamais dire : « c’est génial l’automne ici, il ne pleut jamais dans ce pays ! »… parce que 2 jours plus tard, on a eu le droit à la « preuve du contraire », et ce n’est pas toujours drôle d’être coincés dans un van alors que l’on sait que les plus beaux glaciers néo-zélandais sont à côté.

Anecdote 2 : dimanche dernier, nous nous sommes levés de bonne heure, nous avons bravé le froid matinal et nous nous sommes équipés d’une combinaison de plongée (non sans mal ! Ce n’est pas évident d’enfiler une combinaison… mais c’est encore pire de la retirer !)…. Bonnet sur la tête, lunettes de soleil sur le nez, sourire aux lèvres (de savoir ce que nous allions faire), nous montons à bord d’un petit bateau. Tout cela pour voir et pour faire…………………. RIEN ! On s’était offert une excursion en mer pour nager avec les dauphins dans leur milieu naturel et ils ont décidé de ne pas venir. Il y a soi-disant 95% de chances de voir et de nager avec les dauphins, d’après l’agence de tourisme… Et bien, nous avons fait parti des 5% de malchanceux. La seule récompense que nous avons eu pour nous être levés de bonne heure : une bonne douche chaude (car dans le van, pas facile trouver des moyens de se doucher, mais ça fera l’objet de l’anecdote qui vient tout de suite après).

dsc_0029

dsc_0027

Anecdote 3 : Le jour de la douche ! Tous les 3 à 4 jours, on se donne des « missions douches », le but étant de trouver un moyen de se doucher gratuitement histoire de se shampouiner et de sentir bon ! (pour info : les lingettes nous permettent de patienter durant ces 4 jours sans douche ! rassurez-vous). Durant cette mission, on rigole bien car nous ne pensions pas déborder autant d’imagination ! On a déjà pris deux douches en plein air en raccordant le tuyau d’arrosage de notre van à un robinet public (une deuxième « mission » vient alors : ne pas se faire voir par les regards d’un inconnu !)

Anecdote 4 : Les randonnées sont notre quotidien (sauf quand il pleut, mais c’est une bonne occasion de faire une pause pour nos muscles !). Nous marchons durant 3, 4 ou 5 heures dans des paysages sublimes. On en prend plein les yeux, on transpire pas mal aussi car les chemins ne sont jamais plats… La Nouvelle Zélande est un pays très peu peuplé ce qui laisse un côté sauvage aux grandes routes et aux petits chemins que nous empruntons. Nous ne croisons pas beaucoup de monde, à part les troupeaux de vaches et de moutons (selon notre Lonely Planet : il y a 10 fois plus de moutons en Nouvelle Zélande que d’habitants !). Bref, c’est LE pays idéal pour quelqu’un qui recherche calme et dépaysement.

csc_0054

Déjà 1 an !

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande


Aujourd’hui, samedi 24 avril 2010, notre association à un an. C’est un âge relativement jeune pour une association et nous espérons lui fêter encore de nombreux anniversaires !

Et en ce jour d’anniversaire, nous avons une bonne nouvelle relative à notre association. Le village de Huavina, au Chili a enfin de l’électricité ! Il reste encore quelques travaux avant que tout le village puisse bénéficier des effets de la turbine, mais on y est presque !

Merci à Lucie et Sybille pour avoir fait en sorte que tout fonctionne à nouveau. Merci aussi à Baptiste, Daniel, Sandra, Richard et Angelica.

test

Voici ce qu'aurait pu être notre logo il y a un an !

Nous espérons continuer à pouvoir aider tous ces gens au Mexique, au Pérou, au Chili et en Afrique pendant longtemps.

C’est aussi l’occasion de remercier tous les gens, amis, famille, entreprises, organismes publics, associations et anonymes qui ont rendu tout cela possible. Car une association sans les dons ne fait pas grand-chose !

Vous avez tous participé à aider les enfants Huichols à avoir le matériel nécessaire pour leur année scolaire, à aider à la préservation de la forêt amazonienne, à aider un village chilien à avoir l’électricité… et ce n’est pas fini.

Il s’en est passé des choses en un an et c’est vraiment l’occasion de vous dire du fond du cœur merci pour avoir participé à rendre notre aide associative concrète et surtout possible.

Nouvelle Zélande - Ile du sud et nouvelle vidéo

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

Nous sommes bien arrivés sur l’île du sud de la Nouvelle Zélande et nous avons déjà parcouru quelques kilomètres.

Nous avons débarqué près de la région des vins et n’avons pas manqué de faire quelques dégustations pour satisfaire notre palais. Mais, c’est en roulant vers Kaikoura que nous avons découvert un lieu fascinant qui n’est indiqué ni dans les guides ni sur les cartes.

Notre curiosité nous a poussés à suivre quelques phoques qui remontaient la rivière depuis la mer. Où allaient-ils ? Pour quoi faire ?

La réponse en vidéo !


Le paradis des phoques
Uploaded by EnPistePourLeMonde. - Exotic and entertaining travel videos.

Une semaine à explorer l’île Nord de la Nouvelle Zélande

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

Le contrat de location signé, le van récupéré et le stock de nourriture pour la semaine acheté, nous sommes enfin prêts pour découvrir les paysages de l’île du Nord ! Au programme ? On a quelques noms de villes ou de parcs nationaux en tête, mais nous ne savons pas trop à quoi nous attendre… Alors, on préfère également demander conseils à quelques personnes du pays afin de ne pas rater des lieux appréciés des Néo-Zélandais. Grâce à ces conseils avisés, nous avons passé une belle première semaine dans la partie Nord du pays.

csc_0304_old1

En piste pour la "route du monde oublié" !

Tout d’abord, nous sommes allés au village Maori de Te Puia, situé dans la ville de Rotorua. Ce village est une reconstitution des anciens villages indigènes de Nouvelle-Zélande, on y apprend tout ce qu’on aimerait savoir sur la culture Maori. On y voit également leur savoir-faire en sculpture (il y a une école de sculpture que l’on peut visiter afin de voir comment les Maoris travaillent le bois) et en couture (une autre école de couture existe également, on a été impressionnés de voir les femmes Maoris transformer une simple feuille en fil afin d’en faire une jupe 100% naturelle !). Nous avons ensuite assisté à un spectacle de danses et de chants Maoris avec une démonstration du Aka (danse rendue célèbre dans le monde par les All blacks). Le aka était dansé par les Maoris avant les guerres afin d’intimider les adversaires et donner du courage aux danseurs eux-mêmes. Sincèrement, on n’a pas fait les malins durant la démonstration, même si nous n’étions pas « adversaires », ils ont réussi à nous intimider !

csc_0357

Une vue à notre réveil... Chaque matin, on a le droit à un super paysage. Un régal pour les yeux.

La région de Rotorua nous a impressionnés par l’immensité et la beauté de ses lacs, par sa végétation abondante et verdoyante ainsi que par son activité volcanique qui offre aux visiteurs un spectacle naturel époustouflant : tous ces geysers, toutes ces « marmites »de boue bouillonnante, toutes ces vapeurs sortant du plus profond de la Terre. Ce n’est tout simplement pas ordinaire de voir un tel décor.  Et le plus agréable, c’est lorsque nous nous sommes baignés à 7h du matin dans une source naturelle d’eau chaude : imaginez-vous (ou plutôt, imaginez-NOUS !), dans un bain à 38°C en pleine nature, sous un soleil encore timide, dans la fraicheur d’une matinée d’automne… Rien de meilleur pour commencer la journée en forme !

csc_0358

Le volcan de Tongario.

Nous avons ensuite marché dans le parc national de Tongario, parc rendu célèbre grâce à la trilogie du Seigneur des Anneaux où certaines scènes ont été tournées ici-même. Cette randonnée de 4 heures nous mènera sur les flancs d’un jeune volcan au milieu d’un désert de lave séchée et de roches volcaniques.


De Tongario à Stratford, nous avons emprunté une route appelée « the forgoten world highway » (‘la route du monde oublié »)… On se demandait pourquoi mais on a vite compris : nous avons seulement croisé une dizaine de voitures tout au long des 150kms, les moutons et vaches y sont 100 fois plus nombreux que les habitants de cette région et les panneaux signalisant la prochaine ville indiquent « come and increase our population » (« venez et faites augmenter le nombre d’habitants »). Cette route est néanmoins incontournable pour ceux qui prévoient de visiter l’île Nord. On a adoré les paysages et la tranquillité… La seule chose à prévoir avant d’emprunter cette voie : faites le plein d’essence ! (car il n’y a aucune pompe à essence sur ces 150km et on a bien failli tomber en panne, on a eu chaud, les 30 derniers kilomètres étaient plutôt stressants !)

csc_0100

Et une autre petite vue du matin...sympathique !

Nous sommes aujourd’hui à Wellington qui sera notre point de départ vers l’ile du Sud. Nous y prendrons le ferry dans la nuit. Wellington est une ville sympa, on a aimé l’ambiance de ses pubs et cafés. 

csc_0127

Les geysers du village Maori.

Premiers pas en Nouvelle Zélande - trouver un van pour notre séjour

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

La ville d’Auckland a été notre première étape en Nouvelle Zélande. Après Tahiti, il ne fait pas si froid. Nous passerons trois jours à Auckland, le temps suffisant pour visiter la ville et trouver un van (un camping van) pour nos 25 jours restants.

Durant nos trois jours dans la capitale, nous avons découvert une vile charmante et paisible. Une ville très anglo-saxonne, qui nous rappelle l’Irlande. D’ailleurs, on y conduit à gauche ! Nous avons mangé dans un très bon restaurant français, « pastis », qui est très bon marché et que nous recommandons à tous les gens qui se rendront à Auckland (un croque-madame et une crêpe sucrée, rien de tel, à la moitié de notre tour du monde, pour nous remettre d’aplomb !).

dsc_0046nz

La sky city tour !

dsc_0049nz

Depuis Tahiti et notre rencontre avec les requins on les voit partout !

Pour trouver notre van, nous sommes allés dans un centre d’informations touristiques et nous avons été surpris du résultat ! Ils ne font pas que vous conseiller, ils appellent pour vous toutes les entreprises susceptibles de louer un van et comparent les prix avec vous. C’est très pratique car quand on voyage, téléphoner coûte cher et se rendre dans toutes les agences, ça prend du temps !

Bien que nous soyons hors saison, il y a de tout dans les prix et ça va du simple au double. Finalement, nous trouverons un van pour 44 dollars par jour (soit moins de 25€/jour). Très bonne affaire quand on sait que nous n’aurons pas besoin de payer de bus ni d’auberges.

L’entreprise « Explore more » nous a même proposé de venir nous chercher à notre hôtel ! Super.

Voici quelques conseils pour ceux qui aimeraient louer un van en Nouvelle Zélande :

1. Assurer vous que vous pouvez rendre le van dans la ville que vous souhaitez. Certaines compagnies n’ont qu’une agence à Auckland et vous serez obligés de revenir rendre le van de là où vous êtes partis.

2. Vérifiez les « coûts cachés ». Exemple, il nous fallait payer un supplément pour ajouter un conducteur. Parfois aussi draps, serviettes, ustensiles de cuisines ne sont pas compris !

3. L’assurance. Avant de souscrire à l’assurance du loueur, vérifiez la couverture dont vous bénéficiez en payant avec votre carte bancaire. En effet, le loueur va vous faire peur en vous disant qu’il vous faudra payer 1500€ ou plus en cas de problèmes afin que vous preniez son assurance. Méfiance donc.

4. Comparez ! C’est essentiel. Le meilleur moyen est, nous pensons, d’aller aux points d’informations touristiques indiqués par un « i » sur un panneau et de demander de l’aide à l’hôtesse pour comparer les compagnies. A Auckland, pour nous, ça n'a pas mal fonctionné !

Notre van a été au-delà de nos espérances. Je peux me mettre debout dedans ! Et puis, il y a tout : tous les ustensiles de cuisines, draps, serviettes, torchons, couettes, oreillers, couverts… On était surpris.

csc_0315nz

Notre van au petit matin. Chaque réveil dans un lieu différent nous enchante !

dsc_0097nz

 

dsc_0105nz

 

dsc_0106nz

L'intérieur du Van, très fonctionnel.

Nous sommes donc partis à l’attaque des routes de Nouvelle-Zélande dans un van presque neuf et très confortable ! Prochaine étape, Rotorua, une ville marquée par l’empreinte des Maoris.

Bilan a mi-parcours

Carnet de Bord - Nouvelle Zélande

Voici un bilan à mi parcours de notre périple, car nous avons déjà entamé la deuxième partie de notre tour du monde. Nous nous sommes lancés le 20 Novembre dans notre tour du monde solidaire et sportif. Alors, où en est-on du côté solidaire ? Et du côté sportif ?


Pour ce qui est de notre association, nous sommes heureux du travail accompli jusqu’à maintenant. Nous avons pu venir en aide à différentes associations ou différents projets dans des domaines très variés. Il y a tout de même un point commun dans toutes les causes que nous avons soutenues jusqu’à présent. Ce sont les peuples indigènes. Au travers notre voyage et l’aide que nous avons souhaité apporter, nous avons réalisé que ceux qui étaient les plus démunis en Amérique du Sud étaient les natifs, les indigènes, bref les gens qui sont initialement les habitants des pays que nous avons visités. Bien souvent, ils sont ignorés par leur gouvernement et ils ont besoin d’aide dans plusieurs domaines tels que l’éducation, la formation, l’acquisition d’une certaine autonomie financière, la reconstruction de leur village après une catastrophe naturelle, etc.


Nous avons aussi constaté une chose durant la première moitié de notre aventure : s’il n’est pas facile de récolter des dons pour notre association, il n’est également pas facile de les distribuer de façon efficace ! En effet, nous avons la responsabilité de redistribuer les dons récoltés de manière transparente et efficace. Il ne faudrait surtout pas qu’une personne se garde l’argent que nous donnons. Il est pour les communautés. C’est pourquoi nous préférons payer les factures, ou choisir un prestataire afin d’effectuer les travaux dont aurait besoin un village par exemple. C’est pourquoi nous prenons notre temps afin de réaliser les projets ou de donner l’argent. Nous voulons être sûrs qu’il serve la bonne cause et ne soit pas volé par une personne sans scrupule.


Pour information, voilà où nous en sommes pour chaque pays :


- Le Mexique : nous avons, grâce aux dons, réussi à financer tout le matériel nécessaire à tous les enfants pour une année scolaire. Nous sommes en train d’acheter de l’artisanat pour le revendre en France au profit de l’association et afin de continuer à aider financièrement cette communauté dont les seuls revenus viennent de l’artisanat.

cebolleta 2010 052

Les enfants avec leurs fournitures !

cebolleta 2010 055

Notre ami Mexikatzin qui s'est chargé de la logistique.



- Le Chili : nous recherchons des prestataires capables de réparer la turbine électrique qui pourrait fournir de l’électricité à tout le village. Nous travaillons en coopération avec l’association Art Sport Entraide et nous vous tiendrons informés des avancées.


Du côté sportif, faute de pouvoir organiser des séances d’athlétisme sur le long terme, le plus souvent à cause du manque d’équipements appropriés, nous nous servons de petits « jeux » d’athlé. La plupart du temps, ils sont organisés à l’école, avec l’autorisation du maître ou de la maîtresse et permettent une intégration plus rapide dans la communauté. Cela permet aussi aux enfants de découvrir le sport ou des exercices qu’ils ne connaissaient pas. Durant la deuxième partie de notre voyage, nous devrions mettre le côté sportif plus en avant car les associations qui nous attendent en Afrique du Sud et en Australie tournent autour de l’athlétisme. Nous tentons de rentrer en contact avec l’association de Cathie Freeman en Australie qui aide les aborigènes à rester dans le droit chemin, notamment grâce à l’athlé. On croise les doigts pour avoir une réponse positive !

Pour ce qui est du voyage, nous venons de tourner une page importante car nous quittons l’Amérique du Sud ! Ce continent, que nous ne connaissions pas, nous a émerveillés ! Du Pérou au sud de l’Argentine et du Chili, nous étions sous le charme. Nous avons eu un petit pincement au cœur en disant au revoir à l’America del Sur…


Et voilà ! Bilan terminé ! Il est volontairement bref et n’aborde pas trop nos bilans « personnels » car il est encore trop tôt ! En revanche, le bilan associatif était important ! Nous voulions montrer que nous sommes en train de réussir notre pari : donner une aide concrète et utile !


PS : pour ceux qui viennent de gagner au loto, les dons c’est par ici !


hc logo fr rgb